Le centième à Puebla !

Aujourd’hui, c’est un moment un peu spécial puisqu’il s’agit du centième article que j’écris! Qui aurait cru que je puisse raconter tant de chose en presque deux ans! Même si parfois, j’ai la flemme et si l’inspiration me manque (ce qui fut le cas cette semaine), que les conditions Internet sont déplorables, j’ai tenu le coup pour ne pas casser la chaine infernale du dimanche.

Les deux dernières parutions étaient des flashs spéciaux avec beaucoup d’informations sur la culture locale. Je sais que cela peut parfois être un peu lourd à digérer, c’est pour cela que je vous avez solliciter afin de faire quelque chose de différent cette semaine. Je manque cruellement d’inspiration et à priori vous aussi!

Donc le centième sera court et sans grande surprise puisque seul Coralie et Jérôme m’ont donné une mission ! Je savais que je pouvais compter sur vous 🙂

Movember: Défi relevé!

20191116_082318.jpg

Aujourd’hui, je vous fait un point sur ma routine journalière puisque cela fait deux semaines que je suis dans la ville de Puebla à 150 km su Sud de la capitale Mexico. J’ai loué un appartement pour cinq semaines et j’ai presque envie de prolonger le séjour😂 ! Je mène une vie tranquille, mélange de travail, de tourisme, de sport et de rencontre!

pixlr_20191116091609519.jpg

Lundi, mercredi et Samedi, c’est cours de français, ce sont mes journées les plus remplies avec en moyenne 5 heures par jour et avec quelques heures supplémentaires les autres matins, je donne en moyenne entre 15 et 20 heures de leçons par semaine.

Mardi, c’est musée! J’en profite car tous les musées du centre ville sont gratuits ce jour là. Il y a de quoi faire, je compte bien tous les visiter pour en apprendre un maximum sur l’histoire, la culture et l’art locale.

Musée Santa Rosa/ Musée de la Casa d’Alfenique/ La bibliothèque Palafoxiana / Musée de la révolution

pixlr_20191116085420516.jpg

Musée Volkswagen et musée de la miniature où Notre Dame à toujours son toit

pixlr_20191116090608486.jpg

Jeudi c’est improvisation, je fais des courses, je teste de nouvelles recettes, je planifie les prochaines sorties, je vois mon pote Marvin, j’écris mon article (enfin parfois c’est le samedi), je visite un nouveau quartier et je me repose.

Barrio Xanenetla avec ses peintures murales

pixlr_20191116090838812.jpg

Fort Loreto où la petite armée Mexicaine a vaincu l’envahisseur Français en 1862

pixlr_20191116091252129-1.jpg

Les produits du quotidien: avocats, tortillas, piment, frijol, chayote, viennoiserie et milkshake nopal/ banane

pixlr_20191116085539746.jpg

Vendredi, c’est la seule journée où je ne donne aucun cours et c’est aussi la seule et unique fois où je prends le bus pour aller visiter les villages typiques aux alentours. Tout le reste de la semaine c’est à pied! Et en moyenne, c’est 10-15 kilomètres de promenade!

Cholula connut pour sa grande pyramide et ses 70 églises

pixlr_20191116090235942.jpg

pixlr_20191116085952631-1.jpg

Dimanche, ma sortie préférée, balade en ville à la découverte des différents quartiers seule ou accompagné, flânage dans les brocantes, c’est aussi la sortie resto et le moment où je goute les boissons locales.

Me gustaría dos Pasitas, dos cervezas y una Cemitas, por favor!

pixlr_20191116084945000-1.jpg

C’est tout pour aujourd’hui, je vous souhaite à tous un bon dimanche au coin de la cheminée et à très vite! 💋💋💋

Menu Mortel

Hola!
Tout a commencé, il y a maintenant deux mois « et oui, ça passe vite! »
Quelle fut ma surprise à mon arrivée au Mexique quand je croisais un peu partout sur mon chemin des têtes de mort! Je me suis de suite intéressée à cette « calavera » qui trône tel un trophée dans tous les coins et recoins du pays et j’ai gardé ces informations précieusement pour vous concocter un menu mortel!

Il faut savoir que le symbolisme de ce crâne vient d’une tradition ancestrale pratiquée par les Incas, les Aztèques et les Mayas, qui conservaient et exposaient la partie du corps la plus importante pour eux : la tête ! qui contenait les souvenirs du défunt.

Ainsi, le crâne mexicain est lié non pas à la mort mais à la vie et il est toujours associé à un événement particulier :

« Día de los Muertos »

Cette fête qui symbolise le renouvellement et l’acceptation de la mort comme faisant partie de la vie était la semaine dernière et ça vaut le coup de venir au Mexique pour voir comment cette tradition ancestrale est célébrée.

Place au repas !

Apéritif: Canapés d’osselets à ronger

Je me dois de vous présenter Catrina, originellement appelée « La Calavera Garbancera » qui fût créé par le dessinateur José Guadalupe Posada en 1912. Elle représente le squelette d’une femme vêtue de riches habits, le crâne surmonté d’un large chapeau et elle est un peu le « chef de cuisine » du week-end!
¡Hola Caterina, Mucho gusto !

Entrée : Salade composée aux fleurs
Le repas commence au Panthéon où les Mexicains se rendent afin de décorer les pierres tombales avec des milliers de fleurs. Ils y apportent traditionnellement un pique-nique qu’ils partagent en famille et avec le défunt.

En soirée, le cimetière s’illumine avec des milliers de bougies, c’est un spectacle féerique!

Plat: Panaché de pain surprise
Le plat principal est très copieux, chaque famille fait un autel où elle dépose des offrandes pour les êtres disparus, ils sont disposés dans les maisons, dans les églises, dans les magasins et dans les rues. Chaque offrande a une signification et un but précis, voici une liste non exhaustive que ce que l’on trouve et pourquoi?
Des photos en hommage aux personnes disparues. Des bougies pour illuminer le passage du monde des morts au monde des vivants. Des « calaveritas » en céramique, sucre ou chocolat, elles signifient que la mort est toujours proche. De l’’encens pour purifier l’environnement et rendre ce dernier agréable aux visiteurs. La croix pour un rappel du Christ. Les fleurs de Cempasúchil proche des fleurs de Souci et dont la fonction est d’accueillir les défunts. Les fruits qui représentent la nature qui retourne au corps. Le sel élément de purification et qui aide à la conservation du corps. L’eau source de vie pour d’étancher et rassasier les esprits. Le « pan de Muerto » qui représente le corps du Christ.

Dessert: Macarons à la sauce sucrée
Gourmandise très originale où le maquillage, les paillettes et les costumes donnent un aspect très goûteux à ce dessert. Il important de préciser que beaucoup de gens ont tendance, à tort, de faire un amalgame entre la tradition Mexicaine et Halloween, alors que l’une est une nuit sombre de terreur, l’autre est une explosion de couleurs, de joie et où les enfants en profitent pour faire le plein de sucreries.

Digestif: un café gourmand et liqueur au choix dans un verre à ballon!

J’espère que le repas vous a plu, c’est sur ces quelques photos inclassables que se termine le menu mortel!

Bonne digestion ou indigestion et à la semaine prochaine 😘
*** Dimanche prochain sera une édition spéciale pour moi et j’aimerais pour cela vous concoctez quelque chose de drôle et différent. Je vous donne donc la main, vous avez jusqu’à lundi soir pour m’envoyer vos défis ou questions, sans honte, ni tabou, j’essaierai de jouer le jeu, dans la limite du raisonnable, hein les copains!***

Soyez inspiré, ACTION ou VÉRITÉ à vous de jouer ……

Voyage dans le temps!

Buenos días,

Je me suis accordée quelques jours dans l’état du Chiapas, une halte pour un plongeon dans le passé!

Je me suis mise dans la peau d’une exploratrice pendant quelque heures pour découvrir les ruines exceptionnelles de Palenque. Deux kilomètres carrés et demi visitable et lieu plein de charme en pleine forêt tropicale.

20191025_080819_20191102175027525.jpg

Si j’ai choisi de visiter Palenque plutôt que la fameuse Chichén Itza* c’est pour plusieurs raisons.

  • Ce site est beaucoup moins touristique et pour les voyageurs ayant vues les deux trésors, leur cœur balance davantage pour celui-ci.
  • C’est l’un des endroits les mieux préservés avec la possibilité d’apercevoir sur presque toutes les collines des Temples qui sont presque intactes. Il est donc très facile de se plonger dans l’histoire et de se faire une idée de comment vivaient les Mayas.
  • Il est possible de gravir quasiment l’ensemble des pyramides et d’avoir des vues à 360 degrés magnifiques. Une balade au calme, un cadre vert avec cascades tout en se perdant dans la nature. Il faut savoir que seulement 10% du site est exploitable, le reste étant toujours enfoui sous la végétation.
  • Son prix: 5 fois moins cher que « Chichén Itza » et pourtant un lieu splendide qui est inscrit depuis 1987 au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

*Chichén Itza: ancienne ville Maya dans le Yucatán qui est le temple le plus connu et le plus visiter du Mexique. Depuis 2007, il a été élu comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde par la « New Seven Wonders foundation » après un vote qui a fait beaucoup de polémique! https://www.tourmag.com/7-nouvelles-merveilles-du-monde-la-fiabilite-des-votes-est-contestee-_a20857.html

pixlr_20191102173545245.jpg

Son histoire

Le site de Palenque commença à sortir de terre dans les années 300 après J.C mais c’est entre 600 et 700 que celui-ci va connaitre son apogée. A cette époque la ville est l’une des plus riche, puissante et prospère de l’empire Maya.

Dirigé par l’un des plus grand roi Maya: Janaab’Pakal qui régna 82 ans sur cette ville et qui a réussit à lui donner toutes les lettres de noblesse en construisant une cité d’une splendeur presque jamais inégalé!

Surnommé le « roi bâtisseur  » il a fait construire d’énormes édifices, un palace, des pyramides, des temples et surtout la pyramide funéraire où il repose depuis 683.

A l’arrivée des Espagnols pour la colonisation du Mexique, la cité est abandonnée depuis le dixième siècle et les espagnols s’en doute trop intéressé à trouver les richesses Aztèques ne se penchent pas sur ce trésor. Il restera au bras de la nature jusqu’en 1773 où enfin, la curiosité des chercheurs se réveille et les explorations débutent.

pixlr_20191102174347056.jpg
Les monuments majeures

Le temple des Inscriptions mesure 22 mètres de haut et il doit son nom aux nombreux textes découverts sur les murs, les plus important du monde Maya avec pas moins de 617 glyphes. Le plus exceptionnel, c’est la découverte par les archéologues en 1949 d’un escalier secret qui descend à l’intérieur de la pyramide. Après 3 années de dure labeur pour dégager l’accès, ils découvrent la crypte funéraire du roi bâtisseur trouvé dans un sarcophage de plus de 13 tonnes!

pixlr_20191102175517299.jpg

Le palais est le plus haut édifice du site et sa fonctionnalité reste encore incertaine! Certains chercheurs pensent qu’il s’agissait d’un complexe administratif et d’autres, le considèrent comme un ensemble résidentiel, le mystère reste entier, ce qui donne encore un peu plus de charme à l’histoire.

pixlr_20191102175746884.jpg

Groupe de la croix est un ensemble de trois temples se trouvant au pied d’une colline, ils furent sacrés le même jour et chacun est associé à une divinité. Le temple du soleil est parfaitement préservé avec un symbole fort pour les Mayas, le Jaguar, animal qui représente l’aspect nocturne du soleil et la guerre.

pixlr_20191102180111941.jpg

Fin

C’est ici que se termine ce chapitre hors du temps, je vous donne rendez-vous dimanche prochain pour un article MORTEL! 💀

En panne d’inspiration

Coucou,

Cette semaine l’inspiration à l’écriture n’est pas au rendez vous, j’ai pourtant fait énormément de chose et je devrais par conséquent trouver ma muse, mais non! c’est donc au travers de ces quelques lignes et photos que je vous raconte en bref, ma semaine en vadrouille.

Lundi, j’ai quitté Valladolid en bus super confortable, j’ai eu l’impression d’être dans un cinéma avec siège de grande qualité, diffusion de film et le fameux cornet de pop corn en main. Un trajet sympa afin de rejoindre Mérida, capitale du Yucatán qui possède un patrimoine maya et colonial très riche.

Premier pas dans la ville, il y a beaucoup de monde, telle une fourmilière ça me rappelle un peu l’Inde avec moins de scooter et beaucoup plus de tacos! Dans le centre historique se trouve une immense place avec comme un peu partout au Mexique un parc magnifique bordée d’une cathédrale, d’un palais et de nombreux musées.

A Mérida, chaque soirée est animée par des shows gratuits: spectacles, danses, musiques, pièces de théâtre, il y a énormément de monde qui profite de la « fraîcheur » nocturne et pour une fois j’ai même participé à quelques danses!

Ensuite, je me suis penchée sur l’histoire de la ville, sur les artistes locaux, sur l’artisanat et sur l’origine des hiéroglyphes maya en visitant des musées qui sont pour la majorité gratuits car Mérida est considérée comme une ville où la culture est accessible à tous.

J’ai ensuite continué mon aventure à Izamal pour ma dernière étape dans l’état du Yucatán. Elle est connue comme « la ville jaune » car les maisons coloniales sont toutes recouvertes d’une peinture de couleur ocre. Il faut savoir qu’ici, la langue maya est au moins autant parlé que l’espagnol, c’est la langue parlée chez soi pour la majorité de la population et ici la plupart des indications sont dans les deux langages.

Les rues secondaires sont presque vides de véhicules à quatre roues, seulement quelques scooters et motos font office de décoration, cela donne une peu l’impression que le temps s’est arrêté ! c’est un lieu très tranquille ou règne une atmosphère paisible et relaxante. Loin du bruit et de la foule, un peu de calme ça fait du bien!

Izamal est également célèbre pour son couvent franciscain datant du XVI siècle. A l’époque, il était un lieu où l’enseignement avait une grande place: apprentissage de la langue Maya aux frères Espagnoles et école pour les Indiens. Il est de nos jours, un site de pèlerinage très important surtout depuis la venue en 1993 du pape Jean Paul II qui tint ici une messe prestigieuse.

On continue la visite un peu à l’écart du centre historique où sur une colline trône une pyramide dédiée au Dieu soleil Maya. Celle-ci s’élève sur 10 niveaux et il est possible de la gravir pour avoir une vue à 360 degrés sur les environs. Chose que j’ai bien évidement faite même si mes douleurs dorsales « la faute à Jane dans le cénote » me contre-indique fortement ce type d’activité!

Et voilà, j’ai beaucoup aimé mes deux dernières étapes dans la région malgré la chaleur torride, j’en ai pris plein les yeux et j’ai fait de très belles rencontres avec les locaux qui sont toujours avenants et heureux de discuter un moment.

C’est tout pour aujourd’hui, finalement on dirait que ma muse à fait son apparition en cours de route .

Je vous souhaite un bon dimanche 😘😘😘

Mi Mexicaine – Mi Française

Buenos días!

Je vous ai dit la semaine dernière que je travaillais beaucoup et ce fût encore le cas cette semaine. Je me suis bien adaptée à mon pays d’accueil et j’ai gouté aux joies laborales des travailleurs mexicains puisque avec 48 heures de taf et un jour de repos, j’ai réalisé le quota hebdomadaire d’une employée Mexicaine!

Le Mexique est le pays ou l’on travaille le plus dans le monde avec 2257 heures par an et seulement 6 jours de congés annuel en début de carrière. En résumé, le mexicain travaille 800 heures ou environ 5 mois de plus annuellement qu’un Français ( 1514 heures). La journée ordinaire est normalement de 8 heures par jour et 6 jours par semaine.

Le salaire minimum est de 4 euros journalier et le salaire moyen mensuel est de 560€ dans la capitale mais il varie beaucoup d’un lieu à l’autre du pays.

Je vous laisse imaginer qu’avec ces journées bien remplies, les Mexicains n’ont pas vraiment le temps ni l’argent pour faire des activités ou même de visiter leur si beau pays. Mais de mon coté, comme je suis Francaise, j’ai profité pleinement de mon jour de repos!

Je me suis rendue dans la réserve naturelle de Rio Lagartos à deux heures en bus de Valladolid pour faire une excursion de quelques heures en bateau à la découverte des joyaux du coin, rencontre avec des animaux incroyables et des paysages hors du commun.

La balade a commencé en douceur au cœur de la mangrove avec un petit groupe de 5 personnes, deux Mexicains, trois Français et notre guide pêcheur. Il y a plus de 300 espèces d’oiseaux dans cette réserve, nous avons croisé le chemin de pélicans, cormorans, hérons et faucons noirs. Appâter avec quelques poissons, ils ont volé autour de nous et pris la pause pour la photo, c’était bluffant! Nous avons continué notre route dans un décor idyllique, calme, avec une nature luxuriante où se cachaient des espèces beaucoup moins hospitalières.

Car oui, Rio Lagartos signifie  » La rivière des alligators » et même s’il n’y a que des crocodiles, la bestiole est impressionnante surtout dans son habitat naturel. Rien à voir avec mes voisins les cro-cro de Siem reap! Nous avons rencontré de beaux spécimens que nous avons approché lentement jusqu’à qu’ils soient à moins d’un mètre de notre embarcation! ça fou un peu la pétoche quand même! Notre guide nous a expliqué qu’ici les humains s’adaptent aux animaux et non pas le contraire mais je pense néanmoins qu’en haute saison touristique, la vie des cros-cros ne doit pas être de tout repos.
Puis, sur les eaux claires, des colonies de flamants roses nous ont accueillis, ils ne sont pas très nombreux à cette saison mais en hiver, ils sont des centaines à élire domicile dans la réserve. Nous avons pu en approcher quelques-uns, panaché de couleur rose et corail, un mix d’une beauté folle. Nous n’avons malheureusement pas assisté à leur envol qui parait-il est fantastique!
Avant dernière étape et clou du spectacle, le lac rose, phénomène naturel d’un bras de mer fermé, chargé en sel et en sédiments. Le lac prend naturellement une teinte rose pâle et avec les différentes couleurs environnante cela donne un effet fantastique à regarder.
Quoi de mieux pour terminer qu’un « baño maya » synonyme de bain d’argile, allez hop, c’est parti! on s’enduit, on se tartine, se badigeonne, on en met plein ses vêtements et on attend que ça séche! Ça tire la peau mais au moins ça nous a protégé du soleil qui était cuisant à cette heure de la journée. Pour le rinçage, ce fût plongeon dans l’eau salée et voilà une belle journée qui s’achève!
Bon dimanche à tous et à la semaine prochaine!

Déjà un mois au Mexique!

Bonjour la compagnie!Cette semaine fut très chargée, entre mon job de volontaire à l’hôtel et celui de prof sur Internet, je n’ai pas vraiment eu beaucoup de temps pour les visites. J’ai tout de même réussi à m’accorder quelques moments agréables, une matinée promenade dans la ville avec visite de quelques musées, une merveilleuse après-midi à l’Hacienda San Lorenzo Hoxman et une soirée 100% Mexicaine.

Balade en ville, objectif passer à travers les gouttes! Car oui, il ne fait pas toujours beau et chaque après-midi la pluie s’invite dans la ville. Pour quelques minutes ou plusieurs heures, il faut bien choisir son moment avant de sortir!

Soirée à la Mexicaine, l’école locale fêtait ses 50 ans, l’opportunité pour les locaux de vêtir les habits typiques du Yucatan et de se coiffer avec des chignons à fleurs! Sur un brin de musique et avec quelques spectacles, l’ambiance était très festive et agréable.

Escapade à San Lorenzo Hoxman, Probablement mon meilleur moment depuis que je suis au Mexique! Le concept est différent des autres Cenotes, ici tu peux passer une journée entière à zig-zager entre l’hacienda avec piscine-restaurant et la cenote d’une beauté stupéfiante.Pour moi, ce fût une demi-journée de rêve ! L’entrée coûte 7 euros mais à l’opposée des autres cenotes, ici, tu peux utiliser l’intégralité de ce tarif pour te restaurer. Ce fût mon premier vrai restaurant ou j’ai dégusté un délicieux « ceviche de pescado »!

Son cenote magique Un trou de plusieurs mètres de large et d’environ 25 mètres de haut avec de beaux arbres aux racines dégoulinantes le long de la roche. Plusieurs lianes avec des grosses feuilles tombent dans l’eau azure et donne un effet de jardin d’Eden ! En bonus, la corde surplombant l’eau qui te transporte sur plusieurs mètres avant le saut final pour rejoindre les poissons chats de l’aquarium géant! Je me suis amusée comme une gamine tout l’après-midi !

Première vidéo de la saison 2: Les cenotes du Yucatán. https://youtu.be/syrFPrKwCN8Bon dimanche ! 😘😘😘

Stop!!! Ville coup de coeur 💕

Comme je le dis souvent mes plans ont tendance à changer et c’est un peu ce qu’il s’est passé ces derniers jours. Après une semaine dans la ville de Tulum, j’ai rejoins la ville de Valladolid où j’ai décidé de m’arrêter pendant quelques temps, j’ai trouvé un travail de volontaire dans un hôtel sympa et je resterai donc ici environ 3 semaines.

Valladolid est une ville à taille humaine de 45000 habitants et c’est pour moi un coup de coeur. Ville étape d’une journée ou d’une nuit pour les voyageurs, j’y ai trouvé tout ce qui me plaît pour découvrir un mexique un peu plus naturel.

La ville n’est pas très grande, il est possible de tout faire à pied. Les gens y sont très sympathiques et souriants, l’architecture typique du Mexique avec ces maisons colorées au toit plat, ses quelques monuments historique et le bonus un cenote magnifique pour ce rafraichir de la chaleur quotidienne. Il y a même deux bibliothèques pour feuilleter quelques bouquins en espagnol et en apprendre un peu plus sur la culture maya et l’histoire mexicaine.

Petit tour en images:
La Calzada de los Frailes

Cette rue colorée a été construite au XVIe siècle pour relier la ville de Valladolid à la ville de Sisal Indians. Dans ce secteur plusieurs rue et ruelles ont été réaménagés afin de constituer un ensemble de maisons et de luminaires évoquant le passé colonial de Valladolid.

Convento San Bernardino de Siena

Fondé au XVI siècles par les franciscains, c’est une imposante bâtisse au milieu d’une place verte et où trône le panneau nominatif et mutlicolore de la ville.

Tous les soirs un spectacle son et lumière en anglais et espagnol retrace sa tumultueuse histoire.

Iglesia San Servicio

Trônant en face du grand parc municipal, un monument immense et très bien rénové, l’intérieur par contre m’a surpris, rien de très luxueux, extravagant, c’est un endroit très simple.

Le marché

J’ai cru que ça n’existait pas au Mexique, vous savez le marché local où vous trouvez fruits, légumes, viandes et poissons frais! Je n’en n’ avait pas vu jusqu’à maintenant et j’ai pourtant cherché. C’est donc avec grand plaisir que je fais mes courses en échangeant quelques mots avec les locaux.

Iglesia San Ana

De style baroque et avec son jaune flamboyant, elle fut la première église pour les indiens dans la ville. En face, son petit parc où il est agréable de se relaxer au calme avec un bouquin.

Cenote Zaci

Un paradis de fraîcheur, calme et harmonieux en plein centre ville. Ce cenote a servit à l’époque Maya pour le réapprovisionnement en eau. J’ai été époustouflé par cette « caverne » avec une grande ouverture oblique et une cascade en son centre. Il fait environ 40 mètres de diamètre, 25 à 30 mètres de profondeur et il y a de nombreux spots pour se jeter dans le vide depuis des hauteurs plus ou moins raisonnables (de 3 à 20 mètres). J’ai été courageuse mais au-delà de 10 mètres, j’ai pas pu, j’avais trop la trouille! #@#$%##😡

C’est tout pour aujourd’hui, comme vous pouvez le consatez, il fait bon vivre à Valladolid!

Bon dimanche à tous et à la semaine prochaine! 💕

Baignade en eau douce

Hola, un semaine sur le ton des premières rencontres et de la découverte des Cenotes.
Tout d’abord, j’ai établi le campement pendant 7 jours à Tulum, j’en ai profité pour travailler, pour avancer sur mon cursus de formation et pour faire quelques rencontres sympa. Une française Nadia qui comme moi, voyage sur du long terme et deux Colombiens qui m’ont enfin permis de parler espagnole.
Ensuite, j’ai décidé de partir à la découverte des cenotes de la région. Pas de tour organisé mais à pieds sous une chaleur torride, j’ai fait du sport pour savourer encore plus les baignades en eaux douces.

Mais j’attends votre question, c’est quoi au juste un cenote? Alors, pour l’instant culture c’est le résultat d’une formation géologique unique au monde remontant à des millions d’années quand un astéroïde percuta la terre et dont l’impact créa des cavités souterraines.

Il faut donc imaginer la péninsule du Yucatan comme un immense gruyère, dont les trous se remplissent avec la pluie et communiquent parfois entre eux par des conduits souterrains, ce qui forme des piscines naturelles avec une eau limpide, fraîche, le plus souvent bordé par une nature luxuriante où les insectes et reptiles en tout genre y trouvent un habitat très agréable.
1er arrêt: Gran cenote -Tulum
Pour une première, je suis ravie même s’il a fallut casser un peu la tirelire! Un large trou avec une eau turquoise et qui brille de mille nuances. Une petite baignade en compagnie de quelques tortues et d’une colonie de Chinois avec gilet fluo, masque et tuba. Dans ce cenote, il est possible de rejoindre une seconde cavité en traversant un long tunnel entre stalactites et chauve-souris, un moment unique et hors du temps.

pixlr_20190926183204535.jpg

2ème arrêt : Cenote Calavera- Tulum.

Ici, c’est un énorme trou qui m’accueille avec deux possibilités pour descendre: l’échelle pour les moins téméraires et le plongeon pour les autres. Pour ceux qui.me connaisent bien, vous savez d’ores et déjà quelle option j’ai choisi! Jump! Jump! Jump! Et oui, trois fois car il y a trois cavités. Un pure moment où je me suis bien régalé !

Pour finir, je me suis régalé de Tacos en tout genre dont voilà un petit aperçu !
Miam, miam, buen provecho y a la próxima semana 😘

La riviera Maya

¡Hola chicos!
Cette semaine a été placé sur le ton de l’acclimatation!
Tout d’abord, il a fallu se faire au décalage horaire, les 3 premiers jours, je tombais de fatigue à 6h du soir et me réveillais à 2h du matin, mais petit à petit j’ai trouvé le bon rythme.
Ensuite, j’ai du réapprendre à suer toute la journée! le climat est très chaud et surtout très humide, j’ai par conséquent retrouver mes amis les moustiques qui sont nombreux et coriaces!
Enfin, j’ai du mettre les Hello, thank you, Goodbye au placard pour les remplacer par les Hola, Gracias, et adiós! Sur ce plan, je ne suis pas encore bien au point, je ressens de la timidité à parler espagnol, ça me rappelle mes débuts en anglais!
Concernant le circuit, j’ai passé 6 nuits à Cancun, première visite d’un temple Maya et émerveillement devant la beauté des plages de la mer des Caraibes. J’ai savouré mes premiers repas Mexicains: ça va être difficile de garder la ligne! J’ai découvert des supermarchés à l’européenne, des villes où tu ne croises pas un seul scooter, à première vue, les rues sont propres et le Mexique paraît plutôt bien développé.
Las playas de Cancún
Zona arqueológica del rey
Jeudi, j’ai rejoins la ville de Tulum d’où je vous écris. J’ai investit une super auberge de jeunesse avec piscine, chambre de 4 lits, connexion wifi impeccable et petit-déjeuner pour la modique somme de 6 euros la nuit, bon, ce ne sont pas les tarifs Indiens mais pour ici, c’est plutôt pas cher!
J’ai fait quelques promenades dans le centre ville, qui est ni plus ni moins, une grande avenue avec plein de boutiques touristiques mais c’est vraiment très jolie, je commence peu à peu à me remettre dans le bain de la photo!

La cuidad de Tulum

J’ai visité le magnifique site archéologique de Tulum qui est un site maya construit à l’époque pour servir de port de commerce. Il connut son apogée entre 1200 & 1521 ap.JC, il était donc encore habitée à l’arrivée des espagnols en 1518. Ces vestiges sont situées dans un cadre idyllique et grandiose, sur une falaise d’où la vue sur les eaux turquoises de la mer des caraïbes est spectaculaire. En plus d’être la seule ville maya construite en bord de mer, c’est l’un des rares sites à être protégée par une enceinte. Un régal pour les yeux!
Zona arqueológica de Tulum

Et voilà, un petit résumé de cette première semaine où j’ai également bien profité de la plage et où même à l’ombre, j’ai pris mes premiers coup de soleil!
Playa pescadores

¡Que tenga un buen domingo, hasta la próxima!😘

Saison 2, c’est parti!

Buenos días,

Nous y sommes, la tortue a remis sa carapace pour une 2ème saison que vous attendiez tous avec impatience! Le nombre d’épisodes est inconnu, une chose est sure c’est que je serai de retour en France pour fêter le numéro « quatre zéro » avec vous ! Le programme n’est évidemment pas connu non plus, mais ça sera du 95% hispanophone, je garde 5% pour pratiquer le portugais au Brésil! Le contenu, alors là, aucune idée, je dois déjà me remettre à l’écriture et après 2 mois de pause, cela ne me paraît pas chose aisée.

Quelque informations tout de même sur les principaux changements pour ce grand tour aux Amériques !

Après un été en France à festoyer avec vous et ou j’ai oublié la signification du mot « marcher », je vais me remettre sérieusement au sport, manger et boire un peu moins et reprendre le travail. Oui, oui les vacances sont finies: recherche d’hôtels et d’itinéraires, faire du tourisme et des photos, écrire et publier un article par semaine, donner mes leçons de Français sur Internet, faire ma formation à distance pour obtenir les qualifiants comme professeur de FLE, trouver ou et quoi manger, faire sa lessive à la force des poignets, etc…. Enfin, je crois franchement qu’avec tous ça, je ne vais pas m’ennuyer!

Puis, pour cette deuxième partie, mes envies sont différentes.

Tout d’abord, je vais certainement faire beaucoup moins de volontariat car j’ai maintenant un travail et avec 15 heures de leçons par semaine en moyenne, il va être difficile d’allier deux plannings.

Puis, je vais favoriser les chambres individuelles chez l’habitant afin de rester au plus proche de la population, de pratiquer mon espagnol et d’en apprendre un maximum sur chaque pays. De plus, j’ai besoin de tranquillité pour enseigner et les dortoirs partagés sont rarement synonyme de calme. Et voilà, je vais voyager dans le luxe maintenant 🤣!

Enfin j’ai décidé de mettre la tortue🐢au repos et de passer en mode escargot🐌 terminé le changement d’hôtels tous les 3-4 jours, maintenant, je vais voyager encore plus lentement, en tout cas, c’est le programme pour le Mexique.

Nous y voilà, Bienvenido a México !

La population du Mexique à 120 millions d’habitants, sa capitale México compte 20 millions de personnes ( presque 30 % de la population française).

La monnaie locale est le peso mexicain (1€=21$)avec comme symbole le $ du dollar c’est un peu déstabilisant de voir ce symbole de partout.

Le mexique est entouré par le Guatemala et le Belize au Sud, par les Etats Unis au nord. Il est bordé par l’ocean pacifique à l’ouest et la mer des caraibes à l’est. C’est un pays riche en histoire et culture avec notamment de nombreux sites archéologique et plein plein d’autres choses……..

1.2.3. c’est parti! Rendez vous dimanche prochaine pour ma premiere semaine Mexicaine! 🇲🇽🌮🌵😘

Prête à rentrer 🐢🐢🐢!

Bonjour,
Après presque 18 mois loin de la maison, aujourd’hui j’ai eu un mélange d’excitation et d’angoisse à l’idée de rentrer, j’ai refait dans ma tête le film de ce long et court périple à la fois ! Et la première chose qui m’est venu à l’esprit et que j’ai parfois l’impression d’être une tortue 😂. L’Inde tient le record de lenteur 6 villes en 6 semaines, non mais tu es sérieuse !
Les 534 jours de la tortue Lulu en vadrouille!

La tortue avec sa petite maison de 9kg sur le dos a voyagé très lentement 18 mois pour 10 pays.

Elle a fait des centaines de kilomètres à pieds et des milliers en bus, en train et en avion.

Elle a doublé son nombre d’amis sur facebook et probablement tripler celui de whatapps, elle a fait de belle rencontres : locaux, voyageurs et quelques petits amis « la coquine ».

Elle a appris de nouvelle langue pour discutailler avec ses amis, l’Anglais qu’elle parle couramment, l’Espagnol encore à peaufiner et quelques notions de Malais, de Thaï et d’Hindou.

Elle a travaillé comme volontaire et comme une tarée parfois dans des écoles, restaurants, guesthouses, bateaux, familles, fermes. Son CV est est rempli de nouvelles expériences enrichissantes qui ne l’aideront jamais a trouver un job au pays! de toute façon, elle n’en veut pas!
La petite tortue sait maintenant écrire des articles, enfin mieux qu’avant en tout cas, elle a pas lâché le morceau, un article par semaine et une parution tous les dimanches sans faute et cela pendant 76 semaines, flemme, fatigue ou wifi pourri, n’ont pas eu raison de sa motivation.
Elle a vu des paysages magnifiques et quelques merveilles qui ont enrichis sa tête, des milliers d’images mais aussi des choses plus difficiles qui lui ont davantage ouvert les yeux sur la dureté et les inégalités du monde.
Voilà la saison 1 se termine, et vous savez quoi? la petite tortue m’a glissé à l’oreille qu’elle est heureuse et épanouie et qu’elle est prête à rentrer chez son papa pour le serrer dans ses bras, manger des ravioles et ouvrir sa valise laisser en France, ça va être Noël en Juillet, d’ailleurs, elle ne dirait pas non à un peu de Foie gras et de saumon😋.
Lulu, petite tortue va maintenant poser sa carapace quelques temps pour profiter de sa famille et de ses amis et vous donne rendez vous prochainememt pour la « Saison 2 »

En attendant, elle vous partage les 5 moments inoubliables de son périple:

Myanmar, le plus long trajet en train!

Malaisie, 3 mois de travail acharné !

Nouvelle-Zélande, premier coup d’oeil !

Sydney, rêve de feu d’artifice!

Java et ses volcans pétillants!

Toutes les autres vidéos sont sur mon compte You tube.

Gros bisous et à très vite 😘😘😘😘

Je me régale!

Namaste🙏

Il est temps de vous parlez de la gastronomie de l’Inde du Nord car tout est franchement délicieux et même si la chaleur me coupe un peu l’appétit, je me régale a chaque bouchée 😋.

Les pains Indiens

Chapati, il s’agit d’un pain plat sans levain constitué de farine complète, d’eau et de sel. Il est cuit à sec des 2 côtés dans une poêle et après cuisson enduit de beurre pour le garder tendre -12cts-

Puri est constitué de la même manière que le chapati à la différence qu’il est cuit dans l’huile et qu’au lieu d’être plat il est gonflé -12cts-

Naan est un pain plat constitué de farine de maïs, de sel, de levain et de yaourt. Il est cuit dans un tandoor; four en terre cuite en forme de jarre. Il est parfois recouvert d’ail, de fromage ou de beurre -40cts-

Papad est à base de haricots frits dans de l’huile, il est très fin c’est un peu l’équivalent de notre chips pour l’apéro -12cts

Mes pti’dej favoris!

Depuis mon arrivée en Inde, je ne bois plus de café mais uniquement le Chaï! Composé de thé noir, de lait, de sucre et d’épices ( cannelle, cardamome, anis étoilé, clou de girofle, gingembre) chaque Chai est différent mais il est toujours délicieux – 12 cts le verre-

Best Chai d’Udaipur – Chez Jimmy »

Samousas végétarien, souvent à la pomme de terre et aux petits pois, toujours parfumé au garam masala curcuma et coriandre. Il est souvent accompagné de son petit piment vert. -12cts-

Puri Badji. Ce plat simple est constitué de pain frit pimenté et de sa sauce au curry de pommes de terre. -20cts-

Paratha c’est une galette qui est souvent servie avec un yaourt et des petits condiments. Il peut-être également farcis avec des pommes de terre, des légumes ou du fromage indien -50cts-

Poha à base de flocons de riz cuisiné avec différentes épices, des légumes, des cacahuètes, des pommes de terre, des graines de grenade et du piment vert. -25cts-

La Mangue est considérée comme le roi des fruits puisqu’elle est originaire d’ici. En cette saison estivale plus de 6 variétés sont sur les marchés et chacune a ses spécificités. Hyper juteuse et sucrée, elle m’accompagne quotidiennement -90 cts le kilo-

Mes snacks favoris!

Panapuri se compose d’un petit pain frit creux et croustillant que l’on remplit avec plusieurs ingrédients: un mélange d’eau aromatisée, du chutney de Tamarin au gout sucrée, des morceaux de pommes de terre d’oignons et de pois-chiche – 30 cts les 5-

Pav bahji se compose d’un curry de légumes à base de pomme de terre, de tomates et d’aubergines. Le tout est servi avec de l’oignon frais haché, du citron et des petits pains légèrement toastés -1€ le plat-

Pakora est un beignet fourré aux légumes: choux-fleur, épinards, oignons ou piments. Il est enrobé d’une pâte à base de farine de pois chiche et il est frit – 10 cts l’un-

Mes plats principaux favoris

Dal fry à base de lentilles corail, de pois chiche, de légumes et d’épices: cumin, curry, coriandre, …… Un plat délicieux et équilibré -90 cts-

Bhindi masala est un curry de légumes obtenue en faisant revenir des épices, des oignons, des tomates et des gombos (ressemblent aux haricots). Il s’accompagne à merveille d’un naan ou d’un chapati -90cts-

Paneer butter masala est un plat indien de fromage paneer mariné et servi dans une sauce tomate crémeuse et épicée. Accompagné de riz c’est mon coup de cœur hypercalorique 💕 – 1.20€-

Comme vous pouvez le constater: « ça ne coûte pas très cher de bien manger » surtout si tu es capable d’avaler les épices et que tu te restaures avec les locaux ! Prix moyen du petit déjeuner ou snack : 50 cts – prix moyen du dîner 1 euro.

Point budget journalier

L’inde est très abordable: je paye 2.50 € pour une chambre en dortoir avec climatisation dans de très jolis hotels, 2 à 3 € pour les transports en bus/train d’une ville à une autre, 1,50 € par jour pour la nourriture, les visites de site touristique coûtent environ 3 € à l’exception du Taj Mahal 15 €.

Budget global sur 28 jours: 150 € soit € 5.50 par jour en basse saison, qui dit mieux!

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous dimanche prochain pour la découverte d’Udaipur où je squatte depuis plus d’une semaine 😂

Le choc Indien!

L’Inde à ses beaux côtés mais elle a aussi ses côtés plus sombres. Comme je vous l’ai dit la semaine dernière le choc a été brutal même si je m’y attendais, voir cela de ses propres yeux n’a pas le même impact!

Côtés sombres

La pauvreté!

Certainement le plus dure à affronter, des millions de personnes vivent dans la rue, l’on compte plus de 360 millions de pauvres (0.40cts par jour) Ce sont des trottoirs entiers avec énormément d’enfants qui font la manche toute la journée et qui dorment, mangent, se lavent et font leurs besoins dehors.

Les déchets!

A certain endroit, c’est un véritable désastre, il y en a des montagnes, les rivières en sont carrément recouvertes. Ils sont là, très présent, juste à côté du Taj Mahal.

Certains Etats comme celui du Rajasthan ont pris le problème très au sérieux et ont mis en place, petit à petit dans les communes des systèmes très efficaces pour réduire les détritus. Par exemple, la ville de Jaipur a obligé chaque magasin à avoir une poubelle devant sa porte et ça marche! les rues sont relativement propres.

Je vous partage cet article qui vous donnera une idée du problème à New Delhi.

https://www.parismatch.com/Actu/Environnement/L-enfer-de-New-Delhi-et-sa-montagne-de-dechets-la-plus-grande-du-monde-1628315#utm_medium=Social&xtor=CS2-8&utm_source=Facebook&Echobox=1559662541

Pollution sonore et atmosphérique!

Milliard de personnes, veut dire milliard de véhicules, ici on ne garde pas uniquement sa main sur le volant ou sur la poignet de vitesse, la main est systématiquement sur le klaxon! Ce n’est pas un système d’avertissement de danger, c’est plutôt « chaud devant je veux passer ».

Aux heures de pointe, il vaut mieux éviter de se promener en ville si tu ne veux pas emmagasiner la pollution des cyclomoteurs dans tes poumons, par moment l’air est carrément irrespirable surtout en Juin où nous atteignons régulièrement les 48°.

Échanges avec la population

Le fait de voyager hors saison laisse le temps aux longs échanges avec les locaux, l’occasion d’avoir énormément de point de vue et d’informations sur leur pays.

Le salaire minimum mensuel est d’environ 70€ pour 48 heures par semaine. Les Indiens payent de nombreuses taxes: salaires, achats, habitations mais à l’opposé de notre belle France, ils ne voient que très peu le revers de la médaille.

Les hôpitaux publics sont un véritable désastre, je cite » il ne faut pas être malade car tu pourrais mourir au bord de la route »

Le système de traitement des déchets est très précaire, voir inexistant dans certains endroits, je cite  » personne ne viens ramasser nos déchets, ma rue est sale et je ne peux rien y faire »

Les écoles publiques ne donnent pas aux enfants une éducation de qualité, je cite: « elles ont un rôle de garderie plus qu’autre chose, les enfants n’apprennent presque rien, a 10 ans ils ne savent pas lire ».

Des millions de foyers n’ont toujours pas accès à l’eau et à l’électricité, je cite « ma famille vie à la compagne et c’est au puit à 20 minutes de marche que nous nous approvisionons en eau »

Des millions de personnes sont sans emploi, et pour ceux qui en ont un, les fins de mois sont difficiles, je cite « j’ai un travail qui ne me permet pas de nourrir ma famille tous les jours »

Ce qui me gêne le plus dans tout cela, c’est le fait que le pays bénéficie de ressource touristique importante: le visa par exemple coûte 70 €; lorsque tu changes de l’argent, il y a 8% de commission d’État; le prix d’entrée pour les étrangers dans les monuments est en moyenne de 8€. Le Taj Mahal 15 € x 4 millions de visiteurs annuelle= des millions d’euros qui pourrait aider la population à vivre dans de meilleures conditions. Mais non! parallèlement à la très belle rue pavée qui mène au Taj, des milliers de personnes vivent avec presque rien! Je ne jugerai pas c’est juste un constat mais il me met un peu en colère 😠.

Beaux côtés

Pushkar

J’ai passé quelques jours dans la ville sacrée de Pushkar et ça n’a pas été un gros coup de cœur

Je m’attendais à un accueil agréable comme partout en Inde, j’ai rencontré quelques locaux sympathiques mais dans l’ensemble la population est très rude. L’accès au site de culte est interdit aux étrangers, une première pour moi en Asie et son grand marché à touriste ne m’ont pas franchement convaincu. Mais il y a eu de belles choses tout de même 😉

La bain de foule matinale et ses belles couleurs

Un superbe hostel avec beaucoup de cachet pour 2€ la nuit en dortoir avec clim évidement

Les différents lieux sacrées et mes potes du séjour

Et enfin, les vues des roof top, les petites ruelles, les marchés et les couchers de soleil !

Après ces quelques jours dans cette mini ville Indienne, j’ai pris un bus de nuit pour me rendre dans la Venise du Rajasthan, la ville d’Udaipur.

J’ai choisi de voyager de nuit car les températures extrêmes qui vont encore durer au moins jusqu’à mi Juin ne permettent pas de se déplacer en journée. Le mercure descend rarement au dessous des 35° la nuit et atteint les 45°le jour. Les visites se font au lever et coucher de soleil, le reste du temps, c’est repos dans la chambre avec climatisation!

A dimanche prochain 😘

Inde, ses emblèmes et capitales!

Namaste 🙏

Dernière étape de cette première partie de tour du monde et pas des moindres, l’Inde fut pour moi la destination challenge de ce voyage, je vais passer 6 semaines à travers le Rajasthan et le nord du pays!

L’Inde m’effrayait: le monde, le bruit, la pollution, la chaleur, la pauvreté mais en même temps, je souhaitais à tout prix la connaître pour me faire mon propre avis!

Après maintenant plus de 10 jours sur place, je peux d’ores et déjà vous dire que sa beauté m’a tapé dans l’oeil!

Welcome to the Republic of India

L’Inde est un pays d’asie méridionale qui est composé de 25 États. Sa capitale est New Delhi, il est le deuxieme pays le plus peuplé: 1.3 millard d’habitants et le septième pays le plus grand du monde, 6 fois la France.

L’Inde compte deux langues officielles l’hindi parlé par 39 % de la population et l’anglais. Il y a 18 langues nationales et l’on compte 1652 dialectes locaux.

L’Inde est aujourd’hui un pays très diversifié sur le plan religieux l’hindouisme (80% de fidèles), le jaïnisme, le bouddhisme, le sikkisme le christianisme et l’islam y sont implantés.

En 2017, l’économie indienne et la 6e au monde et est considéré comme un nouveau pays industrialisés . Cependant certains problèmes comme la pauvreté, l’analphabétisme, la pollution et la corruption reste encore très important.*

Arrivé à Delhi

Je suis arrivé dans la capitale sur les rotules, un voyage qui a priori devait être plutôt facile fut long, très long et difficile. Une partie de nuit sur le sol de l’aéroport de Colombo, une autre partie dans l’avion, une escale où il a fallu récupérer ses bagages et se réenregistrer pour son deuxième vol, et je vous épargne le nombre de fois où j’ai dû présenter mon passeport et ouvrir mon sac pour les nombreux contrôle de police.

En arrivant à l’aéroport ma seule mission était de me connecter à un réseau wifi ou d’acheter une carte SIM afin de contacter Ali que j’avais rencontré quelques temps auparavant et qui m’a gentiment proposé de m’héberger dans sa famille. Mais cette mission fut bien plus difficile que je m’y attendait, aucune connexion wifi dans l’aéroport national, aucune possibilité d’acheter une carte SIM, il a fallu faire preuve d’un peu de charme pour demander à quelques indien de me partager leur connexion internet, très sympa ça a plutôt bien fonctionné 😉.

Ali est venu me chercher et m’a offert le gîte et le couvert pendant 2 jours. Il m’a partagé de nombreuses informations sur son pays*. Nous avons fait une petite balade en voiture et en moto ce qui m’a permis de prendre la température ambiante. Et croyez-moi que le choc est brutal*!

En route vers le Rajhastan, chaud, chaud, chaud!

Au mois de juin presque personne ne visite cette région car il fait plus de 45 degrés la journée et 35 degrés la nuit. Je pense que la canicule française ne me fera plus peur😂.

Prendre son envol en solo pour Agra- et le Taj Mahal

C’est en bus que j’ai rejoint la ville d’ Agra pour voir de mes propres yeux l’emblème de l’Inde est l’une des sept merveilles du monde. Mes premiers pas en solo afin d’affronter ma peur et de finalement me rendre compte qu’il n’y a vraiment pas de quoi être effrayé! C’est seulement le K.O général* 😉!

Dans cette ville, j’ai fait la rencontre d’une population charmante, des enfants souriants qui demandent à être photographié et qui sautent de joie de voir leurs photos. Des instants magiques dans les petites ruelles de la ville où une famille m’a de nouveau ouvert ses portes pour le repas et les boissons fraîches.

Le taj Mahal
Monument en marbre blanc, merveille d’architecture moghole, à la croisée des styles islamiques, iraniennes, perses et indienne.

Il a été construit entre 1631 et 1653 sous les ordres du Shah Jahan dans le but d’abriter la tombe de son épouse.

J’ai eu la chance de le découvrir presque en solo au lever du soleil et de prendre des suplimes photos souvenir.

Tout autour de cette merveille, mosquée et bâtiments en grès rouge sont érigés est donne davantage de grandeur au Taj.

Chaques soirs, avec les locaux et depuis la rive, je l’ai admiré au coucher du soleil. Une véritable merveille, j’en avais presque les larmes aux yeux, tellement l’instant était envoûtant.

4 Jours à Jaipur

Aux portes du désert du Thar et capitale du Rajasthan, Jaipur surnommée la ville rose et c’est une étape incontournable.
J’ai adoré cet endroit, l’occasion pour moi de discuter a mainte occasion avec la population et de parcourir ses innombrables, palais, forts et temples ses avenues bordées d’échoppes qui grouillent d’animation.

Les bazars regorgent de produits réalisés par les artisans locaux et notamment de textile en tout genre, colorés manuellement aux tampons.

Une ville magnifique malgré sa circulation terrible où se mêlent scooters, voitures, tuk tuk, vélos , vaches, chèvres, poules, etc….

Amber fort

Un des plus beaux édifices du Rajasthan, la forteresse d’Amber était la résidence des Maharajas et de leur famille pendant des siècles.

Cette forteresse abrite des jardins, des pavillons, des fontaines, des palais, des appartements privés décorés de miroir et mosaiques du sol au plafond .

Un beau coup de coeur matinale sous une chaleur torride😧.

Jal Mahal- Palais de l’eau.

Immergé dans les eaux d’un lac artificiel, ce palais était le lieu de villégiature du Maharaja et de ses nombreuses femmes.

Hawa Mahal-Le palais des vents

Il s’agit d’un Harem destiné aux femmes de la cour qui pouvait observé l’agitation de la rue par les petites fenêtres alvéolées, sans être vu. Il fut construit de manière à ce que le vent puisse circuler librement à travers les nombreuses logia et viennent rafraîchir l’atmosphère d’où son nom de Palais des Vents.

Galti Ji- Le temple des singes

La folie de cette matinée était de parcourir aller-retour 14 km à pied pour aller à la rencontre d’un site de pèlerinage Hindou.

Lieu où se rendent les locaux pour se baigner dans les sources naturelles qui aurait le pouvoir de laver tous ses pêchés . C’est certainement le seul lieu calme de la ville perchée au cœur des montagnes, de quoi se ressourcer.

Si vous êtes arrivés jusque-là c’est que vous avez tout lu ou au moins tout vu, je vous félicite ! Cet article fut très long mais il y a beaucoup de choses à dire sur l’Inde!

Rendez-vous dimanche prochain pour la suite des aventures 😘😘😘

*(prochainement)

Entre rêve et réalité !

Ayubowan 🙌

Cette première semaine au Sri Lanka s’est passée à merveille, je n’ai ressenti à aucun moment de l’insécurité même s’il a fallu pallier aux nombreuses coupures de courant, au blocage des réseaux sociaux, à une connexion internet minimum et à l’instauration du couvre feu.

Bonne nouvelle, depuis ce jeudi, tout est rentré dans l’ordre, enfin presque !

Presque, car après les attentats meurtriers de Pâques, le Sri Lanka est en deuil et les conséquences économiques de ces attaques terroristes vont faire beaucoup de dégâts.

Les voyageurs ont peurs, de nombreuses ambassades ont appelé leurs ressortissants à reporter leur voyage et les tours opérateurs ont annulé leurs excursions. Des milliers de vacanciers ont fui l’île, laissant derrière eux quelques villes et villages fantômes, ce qui est la cas de Sigirîya où je suis depuis quelques jours.

C’est une catastrophe, personne ici n’est très confiant pour l’année à venir. Le Sry Lanka était pourtant nommé meilleure destination 2019 par Lonely Planet (guide de voyage), ce qui aurait dû normalement lui permettre de prendre une nouvelle dimension.

Le tourisme représente 11% du PIB, 2.2 millions de visiteurs, 1 million d’emplois, 4 milliards de dollars de recettes annuelles et il est devenu, l’élément clé de la croissance du pays.
Si la situation continue à se dégrader ou ne s’améliore pas dans les prochains mois, la baisse des recettes touristiques pourrait s’accompagner d’une hausse du chômage et laisser de nombreuses personnes dans des situations de précarité extrême.

Ces événements m’attriste profondément, même si involontairement je profite de la situation. Les lieux touristiques sont complètement vides, les hotels aussi, les tarifs s’écroulent, je peux avoir une chambre individuelle pour le prix d’un dortoir qui de toute façon aurai était ma chambre individuelle.

Le pays n’a pas perdu sa beauté mais il a perdu ses clients! Et c’est vraiment malheureux!

Voici la preuve en images que le Sri Lanka vaut le déplacement et ce n’est que le début du voyage.

Kandy

Ville très agitée et dynamique mais qui a son charme avec ses endroits très tranquilles. Un lieu multiculturel ou se mêlent Hindouhistes, Boudhistes, Chrétiens, Catholiques et Musulmans. J’ai admiré les lieux de cultes à distance, sécurité oblige. J’ai profité de la piscine de mon hotel pour faire bronzer les gambettes et j’ai appris la cuisine Sri lankaise grâce aux cooking class! MIAM!

Ses lieux de cultes de toute beauté!

Son immense lac et son centre ville agité!

Ses Cooking class 😋

Son artisanat local

Matale

Étape éclaire, une seule nuit où je me suis fait grignoter par des puces de lit, ça faisait longtemps! Dieu merci, elles n’étaient pas trop coriaces et ne m’ont pour une fois, pas engendré des allergies et démangeaisons extrêmes!

J’ai visité un somptueux temple et me suis lancé la conquête du Bouddha perché à flanc de colline. Mais j’ai rebroussé chemin à cause des chiens fous qui étaient prêts à me mordre les mollets! Je déteste ces chiens et comme en Thailande, il y en a de partout!

Sigirîya, mon coup de coeur de la semaine ❤❤❤

J’y suis resté 5 nuits, propriétaire de gueusthouse adorable, chambre confortable, nourriture fantastique. Des paysages et une tranquillité absolue, tout un tas de petits chemin pour se balader à la rencontre des animaux et presque pas de moustiques. Une multitude de lac pour se baigner, des maisons dans les arbres pour admirer la vue, un vrai petit paradis !

Ses multiples lacs où l’on peut se baigner, attention aux crocodiles quand même!

Ses kilomètres de chemin de terre jaunes, oranges, rouges mêlés à la beauté des paysages!

Ses rencontres animalières!

Son Lion’s rock qui est l’attraction de la ville à 30$ l’entrée! J’ai choisi de le voir de loin plutôt que de monter dessus, beaucoup moins cher 3$ 😉!

Ses nombreuses cabanes dans les arbres où tu peux rester des heures à admirer la vue. Promis papa, je ne le referai plus 🙃!

Et voila, samedi 21h, j’ai terminé ma page d’écriture. Je vous souhaite un très bon dimanche 😘😘😘

Que la vie est ……

Kikou😉

J’ai honte de le dire, mais cette semaine, j’ai fait un peu comme le chat! C’est à dire que j’ai passé beaucoup de temps allongé dans mon lit! Des après-midi pas très actives, de toute façon la météo ne se prêtait pas à faire grand chose!

Mais ne rêvez pas non plus, vous allez avoir droit à plein de photos car j’ai quand même bougé mes « petites fesses » tous les matins !

Format un peu différent cette semaine, j’ai décidé de ne pas finir mes ……………🤔

Les cascades de Banyuwangi, petite rando en pleine nature pour trouver un peu de fraîcheur, une bonne baignade habillée car le maillot deux pièces en pays musulman, tu oublies! Et c’est reparti, direction……

L’hyper centre de Banyuwangi, avec sa mosquée magnifique. Ses petites rues bien cachées qui abritent comme toujours sur cette île des habitants très généreux et accueillants.

A pied, j’ai ratissé pendant plusieurs matinées les différents recoins, et quand la fatigue s’est fait ressentir c’est……..

A dos de scooter que j’ai continué l’exploration des environs. Aaaahhh la campagne, franchement c’est bien ce que je préfère!

Mais un voyage sur île se doit tout de même de faire un petit tour à …….

La plage de Bangsring, où je n’ai même pas osé mettre un orteil dans l’eau! C’était sale, très sale et quand j’ai vu une charmante petite dame jeter ses deux poubelles à la mer, j’ai préféré m’abstenir! Il y a des belles plages sur l’île, à l’image de celle de Bali mais je n’y suis pas allé.

C’est sur cette image un peu tristounette que j’ai quitté après 5 jours sur place la ville de Banyuwangi et que j’ai pris mon moyen de transport favori, le………

Train pour un « petit » trajet de 8h à travers des paysages époustouflants en direction de….

La ville de Malang qui vaut franchement le détour pour son quartier atypique aux maisons bleues et multicolores. La ville est très propre, ce qui reste rare en Indonésie, j’ai apprécié les idées de réutilisation du plastique en guise de pot de fleurs ou de lanterne, un endroit qui m’a également laissé sous le charme pour les ….

Rencontres que j’y ai faite, les jeunes étudiants qui souhaitent sans arrêt t’ interviewer en anglais et pour la petite « maman » de mon homestay qui m’a nourri tous les jours gratuitement et interdiction de refuser de manger!

Je me suis sentie très bien ici et je me suis lancée une matinée entière à la poursuite……

Des voies de chemin de fer. Après avoir passé 40 heures dans les trains depuis mon arrivée, il était indispensable de suivre les rails à pied, et j’ai adoré ces scènes hors de communs et hors du temps, le vrai Java, il est là!

Après autant d’activités il fallait quand même penser à……..

Manger, la gastronomie de la semaine fut riche, variée et très épicée, ici ce n’est pas la cerise sur le gâteau mais le piment sur le gâteau! A mourir de rire ou pleurer serai plutôt le mot! Ces petits piments verts sont extrêmement forts, mais franchement, ils accompagnent parfaitement mes repas! J’attire votre attention sur l’extra du voyage à Java : la pizza géante aussi bonne qu’en Italie, sans vouloir vexer les Italiens! Le tout, pour 6 euros avec le milkshake à la pastèque, ce qui représente tout de même l’équivalent de 10 repas normaux ici !

Fin de journée, il est temps de ……

Vous souhaitez un bon dimanche 😘😘😘

Alors, à votre avis, elle est comment la vie…….

15 mois sur les routes et la tête dans les nuages

Petit cadeau pour mes 15 mois de voyage, est ce que ça vous dirait de voir des volcans de plus près ? Allez hop, je vous emmène à la découverte des paysages les plus spectaculaires d’Indonésie : le Mont Bromo et le Mont Ijen.
BROMO

Le meilleur point de vue pour le lever du soleil sur le volcan Bromo se situe sur le Mont Penanjakan 2775 mètres d’altitude, une immense montagne qui surplombe la caldeira, et bien évidement il faut se lever en plein milieu de la nuit pour y assister. Réveil à 2 h pour une randonnée nocturne, une heure de trajet en voiture avec un chauffeur fou qui double à vive allure camions, scooters et mini vans! Sur place, le parking est bondé alors je ne perds pas une minute pour me lancer dans les 4 kms qui me sépare du sommet.

Ça grimpe! il faut suivre un chemin à la lueur de la lampe de poche sans savoir où tu es et quand tu vas arriver! Il faut parfois s’accrocher aux branches, surfer dans la boue, enjamber rochers et arbustes, bon, je n’ai surement pas pris le bon chemin! Je suis restée très concentrer pour ne pas tomber ou glisser! Arrivée au point le plus haut, j’ai attendu pratiquement seule et dans le froid le moment de vérité!

Quand le soleil se lève, c’est un spectacle magique, ciel rose, mer de nuages et le tout sur une fabuleuse chaîne de volcans et sur la gauche, fumant « Le Bromo » , et oui le petit coquin est en éruption depuis quelques jours! Il ne sera donc pas possible d’accéder au cratère 😢. Le spectacle est absolument grandiose.

La descente fut très agréable, une expérience complètement différente de la montée de nuit. Le chemin traverse une nature sympathique avec des panoramas insoupçonnables quelques heures plus tôt. Puis, c’est en Jeep que j’ai rejoins la caldeira au pied du volcan, petit balade à pied dans les cendres entre chevaux, temples et montagnes pelées sous un beau ciel bleu!

IJEN

Après ma visite de Bromo, j’ai enchaîné quelques jours plus tard avec une autre beauté, il s’agit du Kawah Ijen, culminant à 2300m d’altitude et réputé pour le plus grand lac d acide chlorhydrique du monde: 37 millions de M3!

Si je suis venu sur l’ile de Java c’est pour lui! un nouveau rêve qui va devenir réalité.

J’ai réglé mon réveil à 23h45 et chevauché mon scooter pour parcourir les 28 kms où une heure de route qui me séparait de l’entrée du site.
Le parking est quasiment désert et après avoir payé mon ticket je me suis lancée à vive allure (pas très longtemps) dans l’ascension.

La montée est très physique, le chemin est large, stable mais la pente est raide et je suis bien essoufflée. Sur le chemin j’ai rencontré un porteur de souffre de 27 ans « Denan » et c’est en sa compagnie qui j’ai gravi le sommet en un peu moins d’une heure! Il m’a donné tout un tas d’explication sur le métier et m’a bien motivé pour cette dure, mais très dure grimpette!

Une fois au sommet du cratère, j’ai utilisé mon masque à gaz et entamé la longue et périeuse descente – 700 mètres de dénivelé jusqu’à la solfatare, lieu où le soufre sort de terre sous forme gazeuse puis se cristallise, devenant un minerai jaune. Ce lieu est une vraie bombe, mélange de vapeurs hautement toxique, dioxyde de soufre, sulfate d’hydrogène, vapeurs d’eau à plus de 100 degrés !

J’ai pu observer les fameuses flammes bleues, curiosités de la nature qui n’existent qu’à deux endroits sur la planète et qui se produisent lorsque les vapeurs de soufre entrent en combustion.

J‘ai regardé un court moment les mineurs téméraires, qui cassent le minerais et le charge dans leurs paniers. Puis je suis remontée, je ne souhaitais pas trainer dans une atmosphère aussi toxique trop longtemps. Sur le chemin, je suis sous le choc de ces hommes qui grimpent paniers sur le dos, chargés entre 30 et 50 kgs de soufre par voyage dans une voie si hostile et inhospitalière.

Une fois en haut, j’ai continué un peu mon effort, après tout je n’étais plus à 1km prêt! C’est posée sur la crête que j’ai attendu en compagnie de 4 Indonesiens le lèver de soleil sur le Kawah Ijen. Un moment frais, très frais où nous assistons au spectacle des lampes-torches qui descendent en file indienne dans le cratère, et oui les visiteurs sont arrivés !

Vers 5h du matin, le soleil se lève enfin et c’est un paysage grandiose qui apparaît. Le cratère est très large et le lac beaucoup plus beau qu’imaginé, le turquoise de l’eau, le gris des cendres, le jaune du sulfate, la fumée blanche et la végétation qui m’entoure en font un spectacle de toute beauté.
Les photos s’enchainent et c’est la tête dans les nuages et le regard au loin que j’ai savouré la beauté de notre très chère planète.

Après une bonne heure, il a fallut redescendre sur terre😂 . C’est avec mes amis du jour et les porteurs de soufre que nous avons zigzagé tranquillement les 4kms sur 500 mètres de dénivelé qui nous séparaient du point de départ. Avec la lumiere du jour, tu comprends mieux pourquoi il vaut mieux grimper de nuit, dieu que c’est raide! Mais comment font ses hommes pour arpenter cette route de la mort? Et cela, deux fois par jour avec en moyenne une cargaison de 40kg par voyage, travaillant dans des conditions extrêmement toxique sans masques à gaz et pour un salaire misérable (5cts € le kilo). Ils sont mineurs de père en fils, c’est un tradition familiale, et c’est probablement le métier le plus dure au monde. Je suis admirative, ce ne sont pas des hommes mais des surhommes à qui nous devons beaucoup de respect!

Pour ceux qui se pose la question, le soufre est ensuite transporté en camion dans une usine de la vallée ou il servira à la production de produits cosmétiques et d’allumettes!

Fin du rêve volcanique en vidéo !

Gros bisous 😘😘😘

Des plaisirs simples!

Pagi! 🙊

Images et anecdotes d’une semaine riche en rencontre, les Javanais sont extraordinaires!

Road trip entre fille! Ou presque!

C’est dans la très bruyante ville de Yogyakarta que j’ai rencontré trois frangines qui m’ont gentillement invité à les accompagner pour une balade dans leur voiture de location!

Une journée 100% nature dans les forêts de Mangunan avec comme outils principal, le téléphone! Indispensable pour les photos, le gps et pour le traducteur google!

Le top 3 des moments les plus drôles:

– Après 3 échecs de démarrage en cote et quelques accidents évités de justesse, j’ai amicalement proposé d’être le chauffeur de ces charmantes demoiselles! Ça m’a semblait beaucoup plus sûre pour tout le monde!

– Les Javanais ne compte que jusqu’ trois 😉! Nous avons systématiquement payé que 3 entrées sur les sites alors que nous étions 4 et même 5, allez comprendre! En tout cas, ça a marché à tous les coups! Satu, dua, tiga 📸c’est également le décompte obligatoire avant la photo! Et croyez moi que je l’ai entendu toute la journée !

– L’invitée surprise! Le petit ami de ‘Sais’ nous a rejoins à mi parcours et est devenu notre photographe attitré! Puis, il s’est lancé dans de long monologue avec moi en commençant ses phrases en anglais « you are…. » et en les terminant en Indonesien, j’ai rien compris mais j’ai bien ri! Un vrai pitre, une vraie piplette mais un gars extra!

Les interviews!

J’ai été accosté à plusieurs reprises dans les rues de Yogyakarta par des jeunes filles qui souhaitaient m’interviewer en anglais! J’ai accepté toutes les demandes car franchement les touristes ne courent pas les rues en basse saison et ces échanges font partis de ce que je recherche dans mes voyages! En remerciement, elles m’ont offert de très beau sourire, des danses, et même des petits cadeaux😍

Probolinggo- des instants simples!

Après presque une semaine sur les routes Indonesienne à fuire coûte que coûte le bruit, la circulation et le monde, j’ai avancé vite, très vite, trop vite! Au point de traverser plus de la moitié de l’ile en 4 jours et de me demander ce que j’allais bien pouvoir faire pendant les 22 jours qui suivent!

J’ai trouvé mon bonheur à Probollingo qui est pour les voyageurs une ville étape pour l’ascension du Mont Bromo. Les touristes ne restent pas et bien moi j’y ai posé mes valises pour cinq jours.

J’ai fait des rencontres authentiques avec des locaux surpris de voir une touriste se promener seule dans les rues. J’ai été acceuilli de la meilleur des manières, des portes qui s’ouvrent sur mon passage pour boire un thé ou manger des fruits, m’asseoir avec eux sur un banc et tenter d’avoir une conversation en mode language des signes.

J’ai dégusté des plats locaux pour seulement 60 centimes le repas et plein de fruits pour 30 centimes le kilo.

J ai parcouru en long, en large et en travers les differentes avenues, rues, ruelles, allées, contre allées en marchant la plupart du temps sur la route. En générale les trottoirs me font beaucoup rire mais alors ici ils m’ont fait mourir de rire!

C’est en images que vous allez découvrir mon inspection assez exceptionelle des trottoirs de Probollingo, marcher en ville c’est du sport ou plutôt le parcours du combattant!

Attention aux gouffres! On ouvre les yeux, en mode vision large car le danger n’est pas seulement en bas mais il peut être en haut!

Attention à la marche! On lève les pieds, haut, très haut car l’ascension est parfois ardu, on a des appuis stables car le pavé n’est pas très droit, voir pas droit du tout, puis on monte, on descend, on remonte, on redescend, ou on enjambe carrement!

Attention obstacle droit devant! On zig zag entres les arbres, les pots de fleurs, les portières, les vélos, les scooters, les vendeurs de nourriture, jusqu’au moment ou finalement on décide que marcher sur la route est bien moins dangereux et surtout bien moins fatiguant!

Bref, vous l’avez compris, pas besoin de chercher plus loin, l’authentique Java c’est ici!

C’est sur ces quelques mots qui je l’espère vous aurons fait sourire que je vous donne rendez vous la semaine prochaine pour un article 100% volcanique!

Bon dimanche 😘!

Indonésie- 2ème arrêt !

Depuis mon départ de l’île de Bali en Septembre, j’avais oublié les joies et les peines du voyages en Asie du Sud Est!

Le retour en Indonésie fut un peu déstabilisant! Ici, tu oublies l’anglais puisque presque personne ne le parle et tu te réadaptes doucement au langage des signes! Tu oublies la nourriture moyennement épicés et tu retrouves la sensation du palais en feu! Tu oublies le short et tee shirt ficelles et tu te revêtis de pantalon et de veste manches longues! Tu oublies la simplicité de trouver ta route et tu te perds des heures dans des ruelles sans nom ! Tu oublies 1, 5, 10, 50, 100 $ ou Ringgit et tu redeviens millionnaire en Roupie- Youpi 💰💰💰! Tu oublies le déplacement en tongue et tu retrouves la joie des ampoules aux pieds!

Et voilà, Lulu en vadrouille c’est reparti : Selamat Datang Java/ Indonesia!

L’île de Java fait partie de la république d’Indonésie, qui comptabilise 13466 îles et qui est la plus grande archipel mondiale. Avec une population estimée à 265 millions d’habitants, c’est le 4ème pays le plus peuplé au monde et la 1ere nation à majorité musulmane pour son nombre de croyants.

C’est à Jakarta, la capitale que j’ai commencé mon exploration de Java qui est l’île la plus peuplé au monde avec tenez vous bien! 150 MILLIONS d’habitants (1064 h/Km2)! Et certainement autant de scooter, préparer vos oreilles, ça va être bruyant!

Jakarta, circulez il n’y a pas grand chose à voir 😉!

Je me suis rendue à la mosquée Istiqlal qui est la plus grande mosquée d’Asie du Sud Est et qui peut accueillir jusqu’à 110 000 personnes.

Puis, je suis ensuite allée sur la deuxième plus grande place publique au monde , la place Merdeka ou en son centre culmine une tour de 137 mètres, monument national qui symbolise la lutte pour l’indépendance de l’Indonésie.

Enfin, un petit tour en ville, pêle-mêle de building ultra sécurisés et de petites bicoques locales !

Trajet Jakarta/Yogyakarta

C’est en train que j’ai parcouru les 620 Km qui séparent la capitale de Yogyakarta. Huit heures de trajet en wagon climatisé avec un départ et une arrivée à l’heure, c’est fantastique!

Sur le chemin tout est très vert, c’est la fin de la saison des pluies!Il y a quelques volcans qui montrent un petit bout de nez à l’orée des nuages.

Puis des hectares de rizières qui sont prêtes pour la récolte avec tous ces fermiers qui travaillent dure sous un soleil de plomb: labourage avec les buffles, repiquage des semis, moissonnage à la faucille, séchage des tiges et enfin le battage pour détacher les précieux petits grains de riz que l’on retrouvera dans tous les repas d’Indonésie.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui, qu’est ce que ça fait du bien de retrouver l’inspiration à l’écriture!

A dimanche prochain😘😘😘😘

Interminable!

Une semaine longue, trop longue….et c’est pourtant moi qui trouvais que le temps passait vite!

Les Argentins et non Argentiniens 😂 mot utilisé lors de mon dernier article, suptile mélange de francais, d’espagnol et d’anglais « I’m sorry for that »😉, et bien, ils sont partis ou je devrai plutôt dire qu’Eva les a mis dehors de la pire des manières! Cette femme qui m’a toujours bien traité et que j’admire pour son côté travailleuse hors norme m’a une nouvelle fois déçu par son manque de respect envers son équipe! Je la connais pourtant bien depuis le temps, mais là, elle a dépassé les bornes!

Cela m’a rendu furieuse et après hésitation entre partir ou rester, j’ai joué la carte qui me paraissait la plus intéressante! Après tout, une semaine, c’est pas la mer à boire!

J’ai donc passé la majeure partie de mon temps ici, à travailler! Puisque je suis maintenant la seule volontaire!

J’ai eu quelques discussions passionnantes sur les thèmes de la voile, des voyages, de la politique et de l’Europe avec les expats de Langkawi, principalement des Anglais, Allemands, Hollandais et Australiens!

Puis, des moments en solitaire ou j’ai pu préparer mon itinéraire pour l’ Inde et réserver l’ensemble de mes prochains billets d’avion! Une date est maintenant fixée: le 2 Juillet retour pour 2 mois au pays!

En attendant, il me reste un peu plus de 120 jours devant moi, je me languis de voyager de nouveau !

Langkawi dans 2 jours c’est fini et j’en garderai que des bons souvenirs!

A dimanche prochain en direct de Java 😘😘😘

Une semaine bien remplie!

17 Mars😨😨😨 mon Dieu que le temps passe vite! Je n’arrive pas à croire que cela fait déjà 2 mois que je suis en Malaisie.
Après 450 jours de voyage, je n’ai malheureusement pas trouvé la formule miraculeuse pour arrêter le temps ou le ralentir mais je prends plaisir tous les jours dans mon nouveau choix de vie!
Après mes quelques jours de repos en Thaïlande et un tampon Malaisien de plus en plein milieu d’une nouvelle page sur mon passeport, merci l’immigration Malaisienne qui a elle seule à déjà utilisé 5 pages😠, me voilà de retour pour une dernière escale à Langkawi.
La semaine fut bien remplie, je prépare doucement mon départ, je suis retournée voir mon dentiste, j’ai fait un arrêt au salon de coiffure et j’ai réservé mes prochains billets d’avion. Et oui, une date et une destination est maintenant inscrite au calendrier, ce sera l’île de Java du 27 mars au 23 Avril. A suivre, le Sri Lanka et l’Inde du Nord.
Je vous confirme également mon retour en France pour Juillet et je compte bien sur vous pour me réserver bon accueil avec une multitude de recette à base de ravioles! Papa s’il te plait commence à préparer le stock car après 1 an et demi loin de mon plat favori, il va être nécessaire d’avoir suffisamment de provision!
Par la même occasion, je me porte volontaire pour le gardiennage de maison, je suis une pro pour m’occuper des animaux, arroser les plantes et prendre soin de votre petit « chez-vous » pendant vos vacances 😆
Mais en attendant le come-back, il me reste encore quelques mois et pour l’instant je travaille beaucoup, beaucoup trop! Les volontaires en ce moment tombent comme des mouches! Faut dire qu’Eva n’a franchement pas un caractère facile et qu’elle n’a pas l’art et la manière de communiquer correctement avec son personnel! Du coup, les gens arrivent et repartent aussi vite, ce qui ne fait pas forcément mes affaires puisque je suis la seule fidèle au poste!
Je pense que je pourrai écrire un roman sur les histoires »noires » de la Team Charter! Pour vous donnez une idée, nous avons eu six volontaires en dix jours et ils sont tous partis! Nous avons un nouveau couple d’Argentin, jeune et super sympa, je vais tenter de prendre soin d’eux pour qu’ils restent jusqu’à mon départ! L’occasion d’avoir un peu d’aide et de pratiquer mon espagnol.
Pas d’inquiétude les amis, TOUT VA BIEN!
Je suis travailleuse mais pas stupide, les heures supplémentaires me sont payées et comme je ne dépense rien ici, c’est du bénéfice qui va servir à l’achat de mes prochains billets d’avion!
Pour terminer, il fait une chaleur torride et éreintante, nous souhaiterions tous avoir un peu de pluie pour rafraichir l’atmosphère de quelques degrés! La saison sèche en Asie, croyez moi que ce n’est pas de tout repos! Je vous ai donc envoyé un petit colis de 10 degrés par la poste afin que vous puissiez terminer l’hiver dans de bonne condition!
Énorme pensée pour vous tous et à dimanche prochain! 😘😘😘😘

Une escale au paradis!

Après un mois sur l’île de Langkawi, j’ai senti le besoin de m’évader un peu! J’ai donc pris quelques jours de repos sur la petite île de Koh lipe en Thaïlande.

Koh lipe « île papier » se situe dans la mer d’Andaman à seulement 1h30 de ferry de Langkawi. Elle ne compte que 700 habitants  » Les chao leh  » les gitans de la mer ». Sa superficie est de seulement 2km2, il est donc très facile de se déplacer à pied!

Surnommée par les voyageurs « Les Maldives de Thailande », elle est populaire pour ses plages de sable blanc et ses eaux cristallines.

Pour moi, ce fut 5 jours de repos avec au programme: relaxation à l’ombre des cocotiers et longue sieste dans ma chambre climatisé, baignade et snorkeling à la rencontre des poissons clown, savourer la gastronomie Thaï et se régaler avec une bonne part de pizza, parcourir à pieds les différentes plages et faire la touriste dans « Walking street », savourer une « Chang » bien fraîche devant le coucher de soleil et enfin donner un peu de mon temps pour participer au nettoyage des îlots alentours!

Retour en images sur ces quelques jours au Paradis !

Walking street

C’est la rue commerçante de l’île, ici on trouve de tous: des petits restaurants, des bars, des boutiques de vêtements et de souvenir. La rue est quasiement déserte durant la journée, seul les Tuk-tuk qui vont et viennent dans tous les sens font l’ambiance. C’est après le coucher de soleil que les touristes se donne rendez vous pour animer leurs soirées. De mon côté, j’ai été très très sage, pas de grosse fiesta, je dirai même que ce fut une semaine de détox!

Gastronomie Thaï

Huuuummmm, la nourriture Thailandaise est pour moi la meilleure d’Asie du sud Est : de la traditionnelle soupe de crevettes à la salade de papaye épicée mais aussi par ses célèbres nouilles sautées (pad thai), ses soupes de poulet au curry et au lait de coco, je n’ai boudé aucune occasion pour me régaler de ses saveurs. Je me suis également fais un extra pizza car cela faisait une éternité que je n’en navais pas mangé! Croyez-moi que trouver une bonne pizza c’est très rare! J’ai dit détox et pas régime!

Sunset

Les couchers de soleil Thaïlandais m’avait laissé des étoiles plein les yeux. Cette fois-ci, le spectacle était moins impressionnant mais l’instant fut néanmoins très agréable. Bon « la Chang » c’est juste histoire de se désaltérer un peu😂!

Snorkeling

Une excursion avec masque et tuba histoire de faire du sport tout en admirant les fonds marins. Ma mission était débusquer des poissons-clown maintenant que je sais reconnaître leur terrain de jeu favori. Je pensais que ce serait facile et bien non! il m’a fallu une bonne d’heure pour en trouver un, bien caché dans sa petite maison! Les Nemos c’est comme les bonnes pizzas, c’est une espèce en voie d’extinction!

Monday clean-up
Chaque lundi des volontaires sont invités à participer au nettoyage des plages! Une initiative local qui est très rare et qui est pourtant nécessaire. J’ai donc saisi l’occasion de donner un peu de mon temps à la réalisation d’une bonne cause.Bilan: 33 volontaires, 5 bateaux, 2 heures de nettoyage sur 80 mètres de plage, 50 sacs(400kg) rempli de plastiques et polystyrènes et 1000kg de cordes monstrueuses, des miliers de goutes de sueur pour la réalisation d’un beau projet!

Pour plus de photos et de vidéos sur le 269ème monday clean-up, je vous invite à suivre le lien.

https://m.facebook.com/doitbyheartsavekohlipe/?ref=m_notif&notif_t=feedback_reaction_generic

Bon dimanche 😘

A la maison!

Selamat Pagi 😉!
Je commence à manquer sérieusement d’inspiration, et oui c’est la routine: bateau, boulot, dodo!

Alors pour cette semaine, un petit récit de mes matinées et je vous promet un bel article avec plein de photos pour la semaine prochaine!

C’est à 8h que la journée démarre lors du petit déjeuner avec Brenda, s’en suit un grand coup de ménage dans les quartiers inférieurs de la ferme : balai, serpillière, vaisselle, arrosage des plantes…

Puis, je rejoins le pont supérieur c’est-à-dire ma chambre qui est un véritable sauna! C’est accompagné de la Team animal, du ventilateur, du téléphone et de mes notes que je me lance dans mes leçons d’espagnol: 3 heures tous les jours depuis un mois, les progrès sont spectaculaires! Je serai prête pour l’Amérique latine en septembre 😉.

À 13h, une bonne douche fraîche car qu’est-ce qu’on sue dans ce pays ! Puis je mets ma tenue de travail pour ma folle après-midi!

Le suite, vous la connaissez! Cette semaine nous avons eu la belle surprise d’être suivi par de nombreux dauphins, un spectacle magnifique😍😍😍!

A dimanche prochain….gros bisous😙

Le film 🎥

Coucou!

Voilà une grosse semaine de travail qui s’achève, charter quotidien et aujourd’hui c’est dimanche et je suis en repos😊.

Je me suis enfin décidé à faire une video car les images vous parlerons mieux que de long discours et parce que cela me fera un très bon souvenir!

Voici enfin « Le film » qui résume bien mon travail ici !

Bon dimanche 😘

Temps libre !

Comme certains étaient inquiets pour ma petite santé, cette semaine a été différente: 35 heures de travail et 2 jours de repos bien mérité!

Lundi à Cenang Beach et crêpes party entre Frenchy!

C’est accompagné de Sanaë et de son petit frère Ilan que nous avons passés une belle après-midi sur la plage la plus en vogue de l’île.

Cenang Beach est le lieu où se rejoignent les voyageurs, il y a une multitude d’attractions pour tous les goûts et tous les budgets: Jet ski, parachute ascensionnel, bars branchés ou hippies, etc….Pour nous ce fut relaxation, bronzette, baignade et châteaux de sable!

Puis nous avons fait un petit tour en ville pour manger une bonne crêpe façon française avec la Tour Eiffel en guise de décoration.

Enfin, nous avons terminé ce moment 100% Frenchy avec les pieds dans le sable en admirant le magnifique coucher de soleil.

Un moment très sympa ou j’ai eu un peu l’impression d’être la maman de deux supers enfants, bon pour les plans dragues c’est raté !!!

Mercredi- Tour de l’île avec mon pote Birman

Yann que j’avais rencontré l’année dernière lors de mon passage au Myanmar à passer quelques jours sur l’île. J’ai donc pris du temps pour lui et j’ai enfilé ma tenue de guide pour lui faire faire le tour des plus beaux coins que cache l’archipel.

Nous nous sommes arrêtés à ma plage préférée qui cette fois-ci était bondée mais toujours aussi belle avec du sable fin et une eau multicolore ❤

Puis nous avons gravis les nombreuses marches qui mènent aux très splendides cascades des 7 Wells. Piscine naturelle où il est possible de se baigner et de profiter de l’eau fraîche.

Enfin, c’est sous un soleil de plomb et des températures extrêmes que nous avons continués notre excursion tout l’après-midi à la découverte de plages toutes plus belles les unes que les autres.

Un tour parfait et en anglais s’il vous plaît !

L’ile de Langkawi n’a presque plus aucun secret pour moi, je n’ai même plus besoin du GPS pour me diriger, la reconversion est proche! D’ailleurs, si certains d’entre vous veulent faire une escale en Malaisie pour transpirer un peu, ça sera avec grand plaisir que je serai votre guide et peu même vous proposer un petit coin sympa pour dormir : on s’emballe pas non plus, les places sont limitées!

Jeudi c’est Jump jump jump !

L’avantage de travailler sur un bateau c’est que tu peux faire profiter à tes amis à titre gratuit et contre un petit coup de main d’une jolie balade en mer. J’ai invité Yann à me rejoindre pour notre charter du jour et je pense qu’il a carrément apprécié le « trip » et moi aussi!

Et voilà une nouvelle semaine qui s’achève, cela fait maintenant presque 20 jours que je suis ici, des nouvelles missions s’offrent à moi, je n’ai donc pas le projet immédiat de m’en aller !

Be continued 😘

Ça boss dure!

Selamat Pagi!
Comme promis, voici un résumé de mes 10 premiers jours sur l’île de Langkawi!
Tout d’abord, j’ai été accueilli les bras ouverts par l’ensemble de l’équipe régulière: Eva notre capitaine et Jerry son compagnon, Maran, ses deux fils et sa femme qui gèrent la logistique des business, Sanaë (ma coéquipière à bord) française de 15 ans qui vie ici depuis 3 ans avec sa famille, Brenda et Martin le couple British qui vie à la ferme. J’ai également retrouvé la Team animal: Princesse, Baba, Raska, Samy, Rebecca et Hopah l’exquise minette. Puis, deux nouveaux volontaires : le couple Russe Aisa et Andrei qui eux vivent sur le bateau.
Comme précédemment, je loge à la ferme et je travaille à la Marina, un choix personnel qui me permet de parfaitement dissocier travail et repos.
Ensuite et comme je vous l’ai dit dans mon précédent article, il n’y a pas de place pour l’ennui ici, énormément de chose à faire. Et pour réussir à satisfaire notre capitaine toujours autant exigeante, il faut être polyvalente, disponible, perfectionniste et dynamique!
J’ai toujours un statut de volontaire, mais les bases du volontariat sont normalement les suivantes: 25 heures de travail par semaine en échange de nourriture et logement, ce qui est impossible à respecter ici! Je fais donc un mi-temps bénévole et un mi-temps payer : soit 48 heures la première semaine sans jour de repos bien évidemment!
Mes activitées se divisent en trois catégories: 10% de mon temps est consacré à la ferme: je ne compte pas vraiment mes heures car il s’agit juste de l’entretien quotidien. Il est indispensable de tenir ce lieu aussi propre que possible pour éviter d’être envahi par les bêtes; il faut aussi arroser les plantes et entretenir le jardin- saison sèche oblige ; S’occuper des animaux: les nourrir, veiller à ce qu’ils aient toujours de l’eau et leur donner un peu d’attention😍
Les 90 % restants, je les passe à la Marina, 50% au Pool Bar et 50% en Charter.
Le pool Bar
Eva a ouvert cet endroit il y a un mois de cela car le business Charter était relativement calme cette année. C’est son nouveau bébé et elle en prend grand soin.

Personnellement ce n’est pas la part que je préfère, depuis une semaine le cuisinier est absent 😢 et je passe la majoritée de mon temps en cuisine. Cuisiner n’est franchement pas ma tasse de thé! Mais bon, j’apprends donc ça passe, je sature juste de la préparation et cuissons des poulets rôtis à la broche, au point que je n’arrive même plus à en manger 😣. Je fait également le service au bar et je sympathise avec les clients lorsque je trouve 5 min pour me relaxer.
Les charters
Ces jolies balades en bateau reste ce que je préfère.

Eva ayant confiance, elle me laisse gérer avec Sanaë les excursions en mer accompagnées d’Ali un local qui conduit le bateau. Jusqu’à 8-10 personnes à bord, nous sommes capable de tout faire: hôtesses, serveuses, cuisinieres, skippers….cela nous impose un rythme effréné de 14h à 21h. C’est à chaque fois une expérience enrichissante de part les rencontres et les échanges avec les passagers.

Sanaë m’enseigne la préparation et le jeter de cordage, les différents noeuds, à conduire l’annexe, à donner les consignes directionnelles pour la remonter de l’ancre afin de devenir parfaitement autonome aussi vite que possible!
La vie est agréable et même si je boss dure c’est toujours un plaisir d’avoir droit tous les jours à un fabuleux coucher de soleil avec un bon verre de blanc; A pouvoir se baigner au milieu de la mer et de ses petits îlots en sautant du pont supérieur; A discuter avec des personnes de tout les coins du globe, enfin en gros, on prends plaisir à travailler!

Pour l’instant, tout roule et je pars du principe que tant que j’apprends, je reste ! tant que je me sens bien, je reste! et quand je commencerai à me lasser, et bien je partirai! Mais chut, il ne faut rien dire à notre capitaine Eva qui compte bien me garder le plus longtemps possible.
Bon dimanche…..Enorme Bisous!

Deuxième round!

Hello la compagnie!

J’ai rejoins l’île de Langkawi, vous vous souvenez certainement mon petit coin de paradis! Il n’a pas changé!

Travailler sur un bateau, vivre à la ferme avec 5 chiens et Hopa le chat! Et bien, me revoilà sur place pour une durée indéterminée!

Où je vie!

Les choses ont un peu évolué ici, Eva la capitaine du bateau a maintenant une petit brasserie qui a ouvert debut d’année  » Le pool Bar » situé à la Marina. Il y a du coup encore plus de quoi s’occuper, je vous promet qu’ici l’ennui n’existe pas 😂😂😂!

Ou je travaille!

Je n’ai pas eu beaucoup de temps ces derniers jours pour un récit plus complet, c’est donc sur ces quelques mots que je vous donne rendez vous dimanche prochain pour un compte rendu digne de ce nom!

Bon dimanche à tous 😘😘😘

Il était une fois à Woolgoolga!

Il était une fois dans la région de Coff Harbour au Sud-Est de l’Australie, une petite « lulu en vadrouille » qui avait déposé son sac à dos dans la commune de Woolgoolga, 7000 habitants et des milliers d’hectares de myrtilliers.

Elle était installé dans une maison très mignonne avec 14 autres voyageurs, 50% d’Asiatique et 50% de Français. Répartis dans 4 chambres le fait d’être si nombreux ne lui paraissait, au premier abord, pas si compliqué!

Chaque matin à 7h20, après un délicieux petit dejeuner, c’est en bus qu’elle se rendait à son travail et la ponctualité de celui ci était très aléatoire. Il lui est arrivé de l’attendre plus d’une heure sur le bord de la route, accompagnée d’une vingtaine (1er bus) puis d’une quarantaine (2ème bus) d’autre cueilleurs.

Enfin arrivé sur place, à 8h plus ou moins, c’est la distribution des buckets (seaux) lorsqu’il y en avait! Puis, suivait l’attente de l’évaporation de la rosée matinale! Les myrtilles, très délicates, devaient être cueillis sèches pour éviter qu’elles ne pourrissent dans les cagettes. A 8h30, c’est par équipe de 2, accompagnée de Mag, d’Alexia ou de Robin qu’elle commençait sa journée de travail!

Cueilleuse de myrtille, lui semblait facile, c’était un travail fait pour elle. Il fallait être rapide pour remplir ses trois seaux et suivre les consignes criées par le manager dans les allées.  » Start picking! Get all blue one! Don’t pick soft, pink and green one! Don’t drop too much! et sa favorite: Stop picking, Go home ».

Les conditions de travail étaient rarement optimum, payé au rendement- 2.5$ puis 2.3$ le Kilo, il fallait en cueillir des myrtilles pour gagner sa vie! Chaque jour, Lulu se fixait un objectif minimum de 100$ soit 44kg. Mais pour l’atteindre, elle ne devait pas traîner car suivant les blocs choisis par le fermier, la qualité et la quantité des fruits n’étaient pas les mêmes et il était en plus, impossible de savoir à l’avance à quelle heure la criée du « Stop picking-go home » allait retentir.

Dans les champs, la diversité des travailleurs rendait l’ambiance sympathique et c’est ce qu’elle appréciait le plus dans le travail en ferme. Des musiques latines, françaises, internationales, techno résonnaient dans les allées, ce qui donnait parfois un drôle de mélange! Il y avait le duo infernal « Alexia et Val » qui chantonnaient et faisaient des petits sketchs à mourir de rire! Les petits futés qui avaient le don pour venir uniquement cueillir les myrtilles facile d’accès et laissait le nettoyage pour les autres, « Samy » notre contracteur, qui faisait de son mieux pour satisfaire les râleries (très Française) de son équipe! et tout un tas d’autres cueilleurs avec qui elle échangeait quelque mots pour faire un peu connaissance!

Les journées se terminaient en moyenne vers 14h sous un soleil de plomb car en plein été austral, les températures dans les champs atteignaient facilement les 35 dégrés ou plus! Il fallait de nouveau attendre le bus (1er ou second) pour rejoindre son domicile, un moment en général agréable à l’ombre et en très bonne compagnie!

Rentrer vers 16h30, c’est à ce moment là que le fait d’être 14 dans une maison se faisait le plus ressentir! L’étape de la douche et son interminable attente rendait la fin de journée longue et difficile. Un jour, il lui a même fallu refaire une mise au point sur le sujet: « la douche après le travail, c’est 5-10min par personne et hors de question de s’habiller, se coiffer, se crémer, ou se raser à cette heure là! Tu te laves, tu sors, et au suivant » a t-elle reprécisait à ses colocataires.

S’en suivait toujours, sans aucun problème, le dîner des Européens puis des Tawainais qui avaient le don pour parfumer la maison des bonnes odeurs de la cuisine asiatique. Puis, chacun regagnait son dortoir respectif pour une nuit de sommeil bien mérité.

Lulu prévoyait de rester un mois en tant que cueilleuse, mais ce qui devait être un travail 7 jours sur 7 devint peu à peu des missions occasionnelles avec un salaire misérable pour le nombre de fruits sur les arbres! Cela lui laissait du temps, pour courir avec les kangourous, aller à la plage, manger Indien gratuitement au temple Sick et festoyer avec ses partenaires.

Mais après plusieurs jours de repos consécutifs, elle commençait sérieusement à s’ennuyer et à tourner en rond! Pour elle, l’Australie était la réalisation d’un rêve de feu d’artifice, chose qu’elle avait réalisé quelque semaine auparavant!

Ne sachant, pour la 1ère fois de son aventure, ni quoi faire, ni ou aller et ne se sentant pas forcément en harmonie avec l’Australie! Elle a pris la décision de quitter la commune de Woolgoolga pour partir à un endroit qu’elle connaissait bien et qui lui manquait tant!

C’est ainsi que se termine le conte « Il était une fois à Woolgoolga »!

Rendez vous la semaine prochaine pour de nouvelle aventure ! bon dimanche à tous 😘

Un an 🍹l’heure du Bilan

Rétrospective d’une année de voyage, il est temps de se rafraîchir la mémoire! L’heure du bilan c’est maintenant!

Après plusieurs mois de préparatifs et des au-revoir aux amis et a la famille, le périple initialement prévu pour 2 ans à commencé sur les quais de la gare TGV de Valence le 13 Janvier 2018. Arrêt d’un nuit à Paris puis transit via Londres, Singapour pour enfin arriver à ma première destination Siem Reap au Cambodge.

Le bilan par pays

Cambodge

Durée : 1 mois- Budget: 325€

Job: Professeur de français à Cours avec moi

En quelques mots: Un goût exquis me reste en bouche. Ma première expérience en tant que volontaire a été une réussite, le sourire des Cambodgiens et des enfants à qui nous avons fait classe restera à jamais gravé dans ma mémoire. Un mois dans le même lit (cela faisait une éternité que cela ne m’était pas arrivé) avec les araignées, les moustiques, l’eau froide, un évier sans siphon et les karaokés quotidien! Les magnifiques temples d’Angkor, 8ème merveille du monde et mon excursion fantastique à vélo au temple de Bantey Srei; mon petit marché quotidien à Po village, avec les succulentes gaufres et les mangues juteuses « miam ». Une entréé en matière réussie malgré un sentiment d’inaccompli puisque je n’ai finalement pas pu visiter le reste du pays, mais cela n’est que partie remise!

Laos

Durée : 1 mois – Budget: 230€

Job: 15 jours au Guesthouse de Sunset à Nong Kiew

En quelques mots: Passer la frontière le plus corrompu d’Asie du Sud Est, s’émerveiller devant des superbes cascades aux eaux transparentes, admirer des couchers de soleil superbes, apprendre à manger épicé, se balader dans le gigantesque marché de Luang-Prabang, gravir les sommets de Nong Kiaw, passer des heures et des heures dans les transports en commun, travailler pour la première fois dans un guesthouse (faire les chambres, le service, les check-in et check-out, la vaisselle, peler les patates etc…) et tout ça sans un s’il te plaît merci! Puis partager finalement de bons moments avec mes hôtes….. voilà ce qui résume bien mon passage au Laos!

Thailande le Nord

Durée : 25 jours

Budget: 245 €

En quelques mots: Des superbes rencontres, des gens qui m’ont accueilli chez eux les bras ouverts sans même me faire payer la nuitée, louer un scooter et visiter des temples somptueux, découvrir mes premières rizières, une étape de presque 10 jours à PAI à manger du sticky rice Mango et à profiter du calme de la piscine. L’authenticité du Nord reste une valeur sûre!

Myanmar

Durée : 27 jours – Budget: 475€

En quelques mots: Wahouuu, un gros coup de cœur! J’ai rarement connu des gens qui avec si peu, te donne autant, je n’aurais jamais été autant photographier, j’ai vécu des moments fabuleux avec les moines dans un camion fantastique, j’ai fait de belle rencontre: voyageurs et locaux, j’ai passé 26 heures dans un train et croyez-moi que je m’en souviendrai toute ma vie, j’ai vécu le Nouvel An Birman ou la fête de l’eau, j’ai fait un trek superbe de 3 jours en dormant chez l’habitant et dans un monastère, j’ai connu les hautes chaleurs de Bagan et l’immensité de ses temples. Myanmar un périple que je conseille vivement à tous ceux qui sont en quête d’authenticité et de dépaysement!

Thailande le Sud

Durée : 1 mois – Budget: 630€

En quelques mots: accompagné de mon premier visiteur Français, j’ai parcouru en train, en bateau, en bus, à pied et en scooter les 1300 kilomètres qui séparent Bangkok de la frontière Malaisienne. J’ai goûté pour la première fois les insectes et croyez-moi que les crickets sont délicieux, j’ai fait du snorkeling et j’ai vu Nemo, j’ai découvert les crabes bulleur de sable, j’ai vu des couchers de soleil splendides (certainement les plus beaux sur ma 1ere année de voyage), et que dire de la beauté des plages du Sud qui sont de véritables bijoux, un petit paradis. Mais également ma première blessure du voyage: une jolie entorse que je me suis traîné pendant des mois! Malgré toute cette beauté, j’ai été déçu par l’accueil en Thaïlande du Sud, par les prix excessifs pratiqués pour un pays d’Asie, et par le manque de naturel des Thais dans cette partie du pays: lorsque l’on te parle c’est uniquement pour te vendre quelque chose!

Malaisie

Durée : 100 jours

Budget: 545€ dépenses- 150€ recettes

Job: 3 semaines au service au Boncy restaurant à Penang – 5 semaines de prestation a bord et entretien de bateau à Langkawi, 4 semaines dans une Guesthouse à Melakka.

En quelques mots: Ce n’est un secret pour personne la Malaisie reste mon étape favorite. Je pense que c’est un endroit où je pourrais vivre facilement. J’ai appris énormément sur les diversités culturelles ainsi que sur les religions. Mes missions en tant que volontaire ont été pour certaines très enrichissantes, travailler sur un bateau avec une super équipe, se balader en mer, manger du poisson, des crevettes, boire un verre de vin blanc à la pointe du bateau en admirant les paysages et cela tous les jours et gratuitement! Bizarrement je n’ai jamais compté mes heures 😉. Avoir sa propre voiture, pouvoir faire des treks fantastiques, parler uniquement anglais, manger des plats indiens, chinois, malaisien, birman…wahouu que du bonheur! Mais également et malheureusement des milliers de piqûres de moustiques mon séjour à Melaka n’a pas toujours été une partie de plaisir! Ce pays m’a fait grandir et m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses, je ne vous le cache pas, ça sera certainement de nouveau la Malaisie après l’Australie!

Singapour

Durée : 3 jours – Budget: 70€

En quelques mots: étape éclaire puisque j’étais dans les parages, jolie ville, très propre, très réglementée, un peu trop à mon goût. J’ai adoré le spectacle son et lumière accompagné de ma petite collègue Fanny  » mon petit bouchon » qui me manque beaucoup d’ailleurs!

Bali

Durée : 22 jours – Budget: 410€

En quelques mots: Bienvenue au paradis des touristes! Louer un scooter pendant l’intégralité de mon séjour sur l’île a été le meilleur choix que j’ai pu faire. Cela m’a permis de trouver le vrai Bali avec des gens sympathiques et de la nourriture succulente! j’ai grimpé pour la première fois de ma vie sur un volcan entourée d’une équipe jeune, dynamique et drôle avec qui j’ai encore de nombreux contacts. Les offrandes placées sur le sol et sur les temples restent pour moi le symbole de Bali, les magnifiques rizières ainsi que les Guesthouse confortables et très atypiques on fait de mon séjour un stop agréable! Malgré ma vigilance côté budget, cela reste le pays d’Asie où j’ai le plus dépensé!

Nouvelle Zélande

Durée : 88 jours – Budget: 3125€ dépenses – 730€ recettes

Job: 5 arrêt d’une semaine ou plus dans des familles néo-zélandaise pour aider au nettoyage et jardinage. 3 semaines à Te-puke à l’ébourgeonage des kiwis, et une semaine à la ferme à la taille des myrtillers.

En quelques mots: Des paysages grandioses, une île fabuleuse, un climat froid, dormir dans sa voiture ou dans une tente, se mettre à l’abri de la pluie et attendre que l’orage passe, avoir son propre petit Campingaz et préparer sa nourriture, découvrir les toilettes sèches, se laver dans des rivières à 10 degrés, s’adapter à l’accent néo-zélandais, parcourir plus de 7500 km et avoir l’impression que la Nouvelle-Zélande s’est arrêté dans les années 70, s’adapter à l’eau chaude et froide sans mitigeur, se protéger comme on peut des Sandflyes, donner le biberon à des agneaux, avoir pour la première fois un travail payé, faire des trekks fantastiques, visiter le mythique stade de l’Eden park, assister a un concert…. Un voyage de 2 mois en solitaire et d’un mois avec sa meilleure amie qui a traversé la moitié du globe pendant presque 30 heures pour me rejoindre et découvrir à deux ce merveilleux pays! Merci à toi ma copine pour ce très beau duo! Si vous avez au moins 1 mois devant vous, n’hésitez pas la Nouvelle-Zélande vaut vraiment le déplacement!

Australie : 1er mois

Durée : 1 mois à suivre. ….

Budget: Dépenses 800 € – Recettes 485€

Job: surprise surprise 😉

En quelques mots: étape en cours et je ne sais pas encore pour combien de temps, l’Australie est pour moi l’occasion de remettre de l’argent de côté. J’ai réalisé mon rêve en admirant le feu d’artifice à Sydney, j’ai passé le jour de Noël à la plage de Melbourne et j’ai trouvé un travail, mes objectifs Australien sont parfaitement remplis!

Australia be continued…..

Le bilan du blog

J’ai écrit plus de 64 articles, réalisé 34 videos, fait beaucoup trop de montages photos. Je remercie toutes les personnes qui me suivent chaque dimanche. En 2018: c’est 8700 visites, 2050 visiteurs à travers 42 pays 😆 et 360 commentaires. Je me suis tenue à mon point hebdomadaire et faire le bilan des un an n’a pas été facile, je m’excuse d’avance pour les fautes d’orthographe, travaillant actuellement j’ai manqué un peu de temps pour terminer les montages photos et pour relire les 1529 mots qui font de cette article un long récit.

Le bilan financier

Dépenses : 7580 €

Recettes : 1365 €

Un point financier qui me fait doucement sourire, 6 215 euros soit moins de 17 euros par jour! Je vous assure les amis qu’a ce rythme là, je ne suis pas encore rentrée pour de bon au pays 😂

C’est tout pour aujourd’hui, je me sens de nouveau en super forme et je prévois une visite en France en Juillet- Août. En attendant, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour la suite du voyage en Australie.

Bon dimanche 😘

Bonne année de Sydney!

Avant d’entrée dans le long résumé de mes 5 jours à Sydney, je vous souhaite à tous une très bonne année 2019, la santé, l’amour, l’argent et la réalisation de vos rêves!

Sydney capitale de l’État de Nouvelle-Galles du Sud (New South Wales) est située sur les rives de la mer de Tasman. Avec une population de 5,25 millions d’habitants, c’est la ville la plus peuplée d’Australie ainsi que du continent océanien.

Melbourne-Sydney: un trajet de 900 km pas comme les autres!

C’est accompagnée de deux Australiens d’origine Indienne et d’une Finlandaise que j’ai rejoint Sydney. Un voyage d’une nuit. Sur la route des paysages désertiques, des températures approchant les 45°, le bush Australien avec quelques Kangourous qui sautillent dans les grandes étendues vierges! 750 km avec une ambiance sympa, en chanson, climatisation à fond, avec quelques arrêts pour se dégourdir les jambes et se restaurer. A 3h et à 250km de notre point d’arrivée, voilà que le voyant batterie s’allume en continu! Oups, début des ennuis, que doit t-on faire? va t-on pouvoir rejoindre la ville sans tomber en panne? ou devoir dépenser une fortune en dépannage? Ni une ni deux chacun essai de trouver des informations sur notre problème, de mon coté je remercie mes ex-collégues de travail pour m’avoir répondu rapidement, c’est l’avantage du décalage horaire, tu peux contacter les gens même à 3h du mat! Après avoir tout coupé (à l’exception des phares et du moteur bien évidement), nous avons croisées les doigts pour arriver à bon port! Et c’est stressé et épuisé mais sans encombre que nous avons enfin rejoins Sydney à 5H du matin! OUF!!!!

Un check-in délicat!

En arrivant à cette heure matinale, je m’attendais à ce que l’ enregistrement dans mon hôtel soit quelques peu compliqué! Je ne comptais bien évidement pas avoir ma chambre avant 13h mais je souhaitai poser mes affaires et me reposer à la réception! Mais avec ma veine spectaculaire du moment, j’ai du tomber sur le seul hôtel de la ville qui ne réponds ni au mail, ni au téléphone et qui n’a pas de réception! J’ai passé un bout de matin au Mcdo 24/24 et j’ai finalement fini dans un parc pour me dormir un peu en attendant 13H! En mode SDF, je vous jure que c’est vraiment pas rigolo tous les jours! Lors de mon check -in, je me suis « gentillement » expliqué avec le réceptionniste, lui disant que la moindre des choses, c’est de rappeler les gens pour les tenir informé ». Je n’ai passé qu’une nuit dans cet auberge, je me suis rendue dès le lendemain à l’hôtel que j’avais réservé des mois à l’avance, car à cette période de l’année les établissements bien situés et avec des prix abordables sont très rare!

Un dimanche sur les plus belles plages du coin!

A Sydney, tous les dimanches, les transports sont gratuits ou presque, ton premier trajet te coûte 2.50$ et après tu ne paies plus rien! L’occasion pour moi de faire de sacrée économie et de visiter tous les spots les plus éloignés, c’est à dire les plages!

Départ à 7h et retour à 18h, marche, bus, train, ferry c’est sans complexe que j’ai profité de ce beau cadeau du Dimanche! Et comme vous pouvez le constater, les plages sont magnifiques 🙂

Péninsule de Manly

Shelly Beach

Bondi Beach

Bronte et Tamara beaches

Dixon’s Bay

Saint Sylvestre, réaliser son rêve coûte que coûte!

Assister à l’un des feux d’artifice les plus beaux du monde depuis « LE SPOT » le plus envié, ça demande de l’organisation, de la patience, de l’énergie, et de se lever tôt.

La veille, on s’organise :

  • Trouver des amis car il est hors de question d’être seule pour le jour de l’an, surtout quand il y a 20h à attendre! Je me suis joins à un groupe d’une vingtaine de Français pour l’occasion.
  • Repérer le spot, pour cela je remercie Pauline qui étant sur place depuis plusieurs jours à très bien géré, avec des solutions alternatives au cas ou nos endroits privilégiés seraient déjà pris à notre arrivée!
  • Étudier attentivement les consignes, c’est un peu comme quand on prend l’avion, il y a une liste à rallonge des choses interdites. La plus triste de toute pour un jour de fête, c’est alcool interdit 😥
  • Préparer son sac : paréos, casquette, crème solaire, eaux, nourriture, jeu de carte, Gopro, appareil photo, power banque…

A 22H, mise au lit pour être fraîche à 3h du matin, mais c’était sans compter sur une bestiole « non identifiée » qui m’a grignoté pieds et jambes toute la nuit!

Jour J : on patiente et on profite!

  • 3h préparation rapide puis direction la cuisine pour récupérer mes provisions. Et là, voilà que ma chance légendaire continue, la cuisine était fermée à clé et ceux jusqu’à 7h! C’est donc sans même un café et sans nourriture que je suis partie à la rencontre de mon équipe! Après tout, on ne meurt pas de faim en 24H et puis il y aura de quoi se restaurer sur place à des prix exorbitants 🤣
  • 4h arrivé à l’entrée du Parc Botanic garden qui n’ouvrira ses portes qu’à 10H. Même à cette heure très matinale, nous n’étions pas les premiers sur place, mais tout de même très bien placé dans la longue file d’attente qui s’est allongée d’heures en heures!
  • 10H ouverture des portes, passage de la sécurité, et c’est très organisé que nous avons fait passer nos quatre sprinteurs en priorité, avec sous le bras toute nos serviettes pour la course de fin d’année: 1km jusqu’au spot. Et oui, c’est la guerre! mais nous l’avons eu notre coin de paradis!
  • 10H- 19H, allongé dans l’herbe ou dans la terre sur paréo ou serviette, jouant aux cartes, dormant, écoutant de la musique, mangeant… Tuer le temps ce n’est pas si facile! Le ciel était couvert ce qui nous a évité de cuire sous le chaud soleil Australien! Mais le pire restait à venir…..
  • 19H- 20H30: pluie puis orage, chacun a trouvé ce qu’il pouvait pour se couvrir, un oscar pour les sacs poubelles en guise de K-way! Les dernières heures nous séparant du moment magique ont été longue, humide et c’est en mode complètement dégueulasse que le décompte à commencer!
  • 5..4..3..2..1..Bonne Année! 15 min de pure bonheur, j’avais des papillons dans le ventre, le souffle coupé et du mal à croire que j’étais vraiment là et pas devant mon écran de télévision au journal de 13H. Un rêve de gamine que j’ai réalisé en ce 1 Janvier 2019, un instant magique!

  • 00H30 Fin des festivités pour moi, retour au plus vite à mon hôtel pour avaler le plus rapidement possible des antihistaminiques. Car oui, les piqûres de la veille on fait de gros dégâts. Comme d’habitude, j’ai fait une réaction allergique et c’était franchement pas beau à voir! A défaut d’un verre de champagne et bien c’est avec un verre d’eau et 2 petites gélules que j’ai commencé l’année 2019!

Un tour en ville en boitillant !

Après une journée à dormir et à attendre que mon pied veuille bien dégonfler (peine perdu), j’ai quand même enfilé mes basquettes -aille ouille 😣- pour visiter les incontournables de Sydney!

The rocks

Opéra

pixlr_20190103142042218417028675.jpg

Bridge Harbour

Luna park

Botanic garden

Tout le reste 😂

J’ai apprécié mon séjour dans la capitale du New South Wales même si ça m’a paru un peu court puisque j’ai passé 20h dans un parc et 2 jours à dormir 😂.

J’ai pris un vol jeudi en direction de Coffs Harbour et plus précisément Woolgoolga pour travailler jusqu’à normalement fin Janvier.

Rendez-vous semaine prochaine pour le bilan des un an ! 😘

Des hauts et des bas!

Petit coup de moins bien cette semaine ! Certains diront que c’est peut-être la période des fêtes loin du Pays qui plombe le moral, mais mon auto-analyse est différente!
Premièrement, cela fait maintenant presque 3 semaines que je navigue de ville en ville et vous me connaissez ce n’est pas forcément ce que je préfère.
Ensuite, depuis mon arrivée en Australie, j’ai passé énormément de temps à faire des recherches. Trouver du covoiturage, trouver du travail, trouver des hôtels, trouver du volontariat, trouver des potes, etc….ça m’épuise et ça m’ennuie !
Enfin, et même si la Nouvelle-Zélande et l’Australie étaient un rêve, l’Asie me manque, et plus précisément la Malaisie!
Pour finir, je n’ai pas été très chanceuse ces derniers temps, pas mal de des-convenus, quelques imprévus et en plus je suis tête en l’air ! Je prends les mauvais Trams, j’égare et perds mes affaires😣
Bref, au pays du surf et à l’approche des un an de voyage, je suis dans le creux de la vague mais me connaissant, je ne devrai pas mettre trop de temps à « Floater » de nouveau !
Heureusement tout n’a pas été mauvais, quelques bonnes nouvelles! (Objectif en trouver 10😅)
1. J’ai réveilloné à la plage de St Kilda sous 34 degrés. J’ai admiré le coucher de soleil pour lancer les festivités, puis j’ai rejoins l’hyper centre pour le bain de foule et les illuminations.

2. J’ai eu un magnifique cadeau de Noël, Made in Julian et Elija. Je crois que le fait que les Français mangent des grenouilles a provoqué un traumatisme!

3. J’ai passé le 25 décembre à bronzer sur la plage de Brighton avec un sandwich thon-avocat-tomate fait maison 😋

4. J’ai relooké les beaux mecs sur la plage! Ici les salles de sport doivent tourner a plein régime 😂. Promis les filles, il y aura des photos prochainement!

5. J’ai fais les soldes, sans rien acheter! Car à la question « Est ce que j’en ai vraiment besoin? j’ai toujours répondu: Non!

6. J’ai trouvé un travail entre mer et campagne pour remplir les caisses, échapper aux grandes villes et pourquoi pas tenter le surf! Démarrage le 4 janvier!

7. J’ai rejoins Sydney en covoiturage pour réaliser mon rêve de feux d’artifice! Et croyez moi, ça n’a pas était une mince affaire!

8. J’ai vu mes premiers Kangourous et j’ai découvert qu’à l’opposé de la Nouvelle Zélande où tout est vert, humide et frais, ici c’est sec, jaune et caniculaire!

9. J’ai bien du perdre 1kg avec mon régime légumes, fruits, zéro alcool (ou presque) abdos et marche de 15km journalière 😆

10. J’ai trouvé dix choses positives! Ah, je me sens déjà mieux! 😉

Voila, c’est court mais c’est tout pour aujourd’hui. Je vous consacrerai une édition speciale Sydney la semaine prochaine.
Une dernière bise en 2018 – Rendez-vous l’année prochaine et passez un excellent réveillon du nouvel An 🍾🎉😘

Australie me voilà !

Yeap, c’est reparti pour une nouvelle destination! Avec pour cette fois, plein plein d’interrogation qui me passe en tête. Rien n’est décidé, ni sur la durée, ni sur le trajet! Trois choses sont sûres: je devrai quitter le territoire dans 90 jours maximum (mais ça peux être avant), je fêterai Noël à Melbourne et le jour de l’an à Sydney! That’s it 🙂

Présentation de l’Australie :

L’Australie, plus grand pays au monde, est une île gigantesque dont la superficie est de 7 669 551 km²! Et c’est en superposant l’Europe que l’on se rend vraiment compte de son immensité! Environ 4000km de large et 3200km de long. L’île s’étend sur 3 fuseaux horaires et pour l’instant j’ai 10 heures d’avance sur la France!

Il y a 24.6 millions d’habitants et la population est principalement concentrée sur la côte Est pour son climat plus clément.

Coté températures, il fait globalement plus chaud que chez nous. Au Nord un climat tropical tandis qu’au Sud c’est un climat méditerranéen. Comme pour la Nouvelle Zélande, les saisons sont inversées : c’est donc en pleine été que je vais célébrer les fêtes !

La capitale est Canberra! Et oui, que de confusion! Nombreux sont ceux qui pensent qu’Auckland est la capitale Néo Zélandaise et Sydney la capitale Australienne. Et bien non! c’est respectivement Wellington et Canberra. Ici, la langue officielle est l’anglais et bonne nouvelle, il semblerai que l’accent ne soit pas aussi terrible qu’en NZ!

Pour faire les paiements, c’est en dollar australien, 1 AU$=0.65 €, je ne serai pas perdu puisque le taux de change est sensiblement le même que chez les Kiwis. Le coût de la vie semble néanmoins plus abordable que chez son voisin, et c’est à la station essence que la différence se fait le plus sentir, ici le plein te coutera 40% moins cher!

Voici le drapeau Australien officiel, il est composé de l’Union Jack (GB), de l’étoile de la Fédération Commonwealth (en bas à gauche) et 5 étoiles (à droite) : elles représentent la croix du Sud, constellation propre à l’hémisphère Sud qui symbolise la place de l’Australie dans l’univers.

Melbourne: 1er arrêt!

Cette mégapole de presque 5 millions d’habitants est la capitale de l’état du Victoria, c’est la deuxième agglomération urbaine après Sydney et elle est considérée comme le principal pôle sportif et culturel du pays. Elle a été élue 5 fois de suite, la ville la plus agréable à vivre au monde, c’est donc ici que j’ai décidé poser mes valises pour une dizaine de jour !

J’ai établi mon domicile dans une famille: Inder, Ben et leurs deux enfants m’ont accueilli dans la « Green house ». Je donne un coup de main de trois heures par jour contre nourriture et logement. Malheureusement les échanges et la communication ne paraissent pas être un point fort, pas une seule question de la semaine et mes missions sont écrites sur une feuille. Bref, je fais mon taf mais ce n’est pas avec eux que j’apprendrai grand chose sur l’Australie 😕.

Conjointement à cela, j’essaye de trouver des pistes pour travailler, l’idée est de voir si Melbourne pourrai être éventuellement mon pied à terre pour remettre de l’argent dans les caisses! J’ai testé la distribution de flyers dans les boîtes aux lettres ( 20km soit 4h pour 125$) ce qui semblait plutôt pas mal, mais comme j’ai du me battre pour mon paiement, je suis un peu septique sur l’honnêteté de mon prestataire. J’ai un autre contact pour du nettoyage dans les bureaux, mais les missions sont très ponctuelles, donc pas idéal non plus pour payer un logement sur plusieurs mois. Donc pour l’instant rien de sérieux, l’affaire reste à suivre……

Je dois également chercher une solution pour rejoindre Sydney et me faire une excursion de 2-3 jours sur la mytique Coast Ocean Drive, le tout à moindre coût et sans véhicule! Une vraie partie de plaisir!

Avec tous ça, j’ai été bien occupé et jusqu’à jeudi, j’avais même du mal à croire que j’étais au pays des Kangourous!

Mais, rien de tel qu’un tour de ville, quelques rencontres avec les habitants pour commencer à ressentir l’air Australien « qui d’ailleurs n’est toujours pas bien chaud »!

Royal botanic garden, du jardin aride au lac immense, une belle promenade, à ne pas rater!

Queen Victoria Market, à l’approche des fêtes, c’est l’endroit ideal pour les produits frais!

Victoria national gallery, même si l’art ne m’inspire pas beaucoup, il aura au moins eu le mérite de me faire rire! Entre les saucisses qui s’embrassent, les chiens humains et la lampe cheval, j’ai passé un bon moment 😂

State Victoria library, wahouu un espace immense de toute beauté. Le rendez-vous pour les amoureux des livres, des échecs et de l’histoire Australienne!

Art de rue: Melbourne c’est la capitale des tags, chaque coin de la ville en est recouvert et parfois même des rues entières!

Hyper centre où se côtoient batiments anciens, buildings et centres commerciaux.

Mornington Peninsula, excursion de ce dimanche hors de la ville, sous un grand ciel bleu et un soleil de plomb, enfin l’été arrive!

Mot de la fin

Noël c’est dans 2 jours. J’ai une grosse pensée pour ma famille, mes amis et tous mes collègues voyageurs qui vont eux aussi passer les fêtes loin de la maison! Passez un excellent Noël, je vous embrasse tous très fort 😘😘😘

3 mois ça passe vite!

Voila le petit dernier encore en direct de Nouvelle Zélande. Dans quelques heures, je quitterai le territoire Kiwi après exactement 88 jours sur place.

Pour moi le bilan est mitigé, j’attendais peut etre trop de cette terre à l’autre bout du monde que finalement, il me semble qu’il m’a manqué un petit quelque chose. Je suis tiraillée entre la beauté et grandiosité des panoramas et le manque de dépaysement.

Vous avez tous vu les photos et vidéos, on est bien d’accord, le pays est un véritable trésor pour les yeux. Mais d’un autre côté j’ai finalement eu l’impression de passer 3 mois en territoire européen. Je m’explique!

Si le terme WHV ne vous dit rien et bien pour moi, c’est certainement le mot que j’ai le plus entendu ici.

Ce pays a un énorme besoin de main d’oeuvre et pour y remedier tout en gardant ses frontières fermés, il existe ce que l’on apelle le Working Holiday Visa( Permis Vacance Travail) et la Nouvelle Zélande est devenue le territoire favori des pvtistes.

C’est l’occasion pour les jeunes( 18-31 ans) de se faire une première expérience à l’étranger tout en découvrant un autre pays. Ils sont des dizaines de milliers à faire cela dans le territoire Kiwi. Il y a plus de 70 000 WHV délivrés chaque année et 45 pays peuvent en bénéficier. Sur le podium: l’ Allemagne : 15 102 visas, le Royaume-Uni : 14 151 visas et la France : 10 211 visas. Vous l’aurez compris, il est très difficile de s’excenter de cette horde de jeune pour trouver la véritable âme du pays.

Cela reste un demi coup de coeur mais une chose est sure, je ne poserai pas mes valises pour vivre ici!

Voici les quelques photos des villes de Christchurch et Auckland où nous avons terminé notre séjour.

Auckland

Christchurch

Rdv la semaine prochaine en Australie ou je risque certainement de me confronter à la même réalité mais avec plus de chaleur 🌞

Excellent Dimanche 😘😘😘

Entre paradis et enfer!

Une semaine difficile, nous avons eu une météo désastreuse ces 7 derniers jours, énormément de pluie et un vent du Sud glacial (vive l’été Néo zélandais). À cela se sont ajoutés les milliers de Sandflyes, que nous avons rencontrés dans les Fjordlands et qui nous ont un peu plus gaché la vie! Nous avons tenté de nous adapter au mieux à ces conditions difficiles.

En vivant 24h/24h dehors, avec une maison roulante de 3 mètres2 et quand l’integralité des activités ici sont extérieures, l’acclimatation n’a pas été facile.

En toute honnêteté, à l’approche des 3 mois sur le territoire, la vie de Bohémienne dans l’Hémisphére Sud 😉 commence à me lasser un peu! Il me tarde d’arriver en Australie pour trouver le véritable été!

* Sandfly notre pire cauchemar! Petite bête, qui comme le moustique va vous sucer le sang en un temps record, ses piqûres ne véhiculent pas de maladie, ni virus. Par contre la salive de la sandfly va créer une inflammation et irritation qui peut durée de quelques jours à quelques semaines. Elle se trouve souvent proche des cours d’eau et des zones humides, la Nouvelle Zélande est donc son territoire favoris.

Comme dans la vie tout n’est pas tout noir ou plutôt gris, nous avons eu tout de même quelques éclaircies de courte durée, pour nous réchauffer le moral et même une belle journée ensoleillée pour explorer la péninsule d’Otago proche de la mytique ville de Dunedin.

Puis, nous avons fait des belles rencontres animalières  » lions de mer, phoques, dauphins » dans leurs habitats naturels, des instants magiques pour le plaisir des yeux. Enfin, nous avons passé un moment extraordinaire en solitaire au bord du lac Hauroko.

Nous avons échangé quelques mots avec les locaux toujours très sympathiques, avons eu de franches rigolades et avons même fait un arrêt essentiel  » surtout pour moi » chez le coiffeur!

Entre paradis et enfer, voici le résumé des 850 kms parcourus cette semaine.

Mais avant les images, quelques informations spécifiques sur le dépaysement routier ! Car oui, parcourir en voiture la Nouvelle Zelande c’est une aventure à part entiere! Tu peux:
  • Croiser tous les jours des dizaines de cadavres d’animaux écrasés sur la route
  • Traverser des villages qui ressemblent à Walnote grove… tatatala- tatala 🎶
  • Ne capter aucune radio et, quand par miracle tu en trouves une, tu as le sentiment que le temps s’est arrêté dans les années 80
  • Découvrir des panneaux routiers que tu n’avais jamais vus
  • Apprécier que 100 km/h est la limitation de vitesse sur les nationales
  • Rouler à 20km/h sur les routes secondaires gravillonées et poussièreuses
  • Faire son marché dans les honesty box. Stratégiquement placées devant les maisons, vous pouvez moyennant quelques dollars à glisser dans une boîte, acheter des produits locaux issus du potager ou sortis du c.. de la poule😂

  • Accepter que ta voiture passe de la tortue dans les montées à un veritable lièvre dans les descentes

Bref, comme vous voyez, c’est que du bonheur!

Allez hop, j’arrête le blabla et laisse place aux photos et vidéo😆

Une croisière dans le Fjordland national park à Milford Sound ça vous tente?

Slope point, ça décoiffe! même les arbres poussent de travers!

Quand tu mets 1h30 pour un rando de 3h! Welcome to Bluff

La plage d’Invercagill, où l’art de poser sa serviette à coté de sa voiture!

Dunedin, un air et une météo Irlandaise

Cosy nook, vivre tranquillement loin de tout!

A la chasse aux beaux coquillages à Warrigton reserve

Péninsule d’Otago, décor de carte postale et vie animal!

Moeraki boulders où les dinosaures pondent leurs oeufs 😂

Oamaru, bloqué dans le temps Victorien

Ce soir, nous passerons notre dernière nuit dans la voiture et nous rejoindrons Christchurch puis Auckland pour « The last week in New Zealand »

Enjoy your Sunday, take care and see you soon 😘

Exploration de la région d’Otago

Pour cette nouvelle semaine nous avons exploré la région d’Otago en tout confort depuis la maison de Kim, où nous avons établi domicile pour 5 jours.

Une maison magnifique avec un jardin somptueux où en échange de 3h de travail par jour nous avons une chambre privée avec vue sur le lac Hayes. Les repas n’etaient pas fournis mais nous avions à notre disposition une cuisine pour nous faire de bons petits plats. Nos missions: essentiellement du jardinage, nourrir les petits agneaux et donner un coup de main pour le service et nettoyage de son Bed and Breakfast.

http://www.theturret.co.nz/?page_id=105

Notre domicile était parfait pour découvrir la région et passer nos fins de journées au bord du lac, à admirer les couchers de soleil accompagnées de nos amis les palmipèdes.

Pour moi cette semaine a été du grand luxe… j’ai retrouvé pour la 1ere fois après plus de 10 mois de voyage: un lit digne d’un Kyriad Prestige, la saveur du camembert, du bleu et le gout d’une pizza 4 fromages…. des plaisirs simples qui font un bien fou!

Voici quelques informations et photos de nos visites de la semaine:

Arrowtown, retour dans le passé. Cette petite ville très typique était célèbre en 1862 lorsque de l’or a été trouvé dans la rivière Arrow. Sa population a exploser en passant de 1000 à 7000 mineurs, tous à la recherche des pépites qui les rendraient riches.

Le pont de Kawarau! En 1880 fin de sa construction, ce pont constitué une route essentielle pour les travaux aurifères de l’Otago. Aujourd’hui ce site classé comme monument historique en Nouvelle Zelande, et le point de rendez-vous des amateurs de sensations fortes pour un saut en élastique de 43 mètres.

Queestown, ville construite autour du lac Wakatipu avec les Alpes du Sud en toile de fond. En été, c’est pour ses sports extrêmes que touristes et Néo zelandais se donnent rendez vous ( rafting, canyoning, jet ski, saut en élastique, …) et en hiver c’est depuis la chaîne de montagne des Remarkables que les amateurs de glisse peuvent dévaler les 220 hectares de pistes.

Glenorchy, située à 45 km de Queenstown, une route magnifique très fleurie longeant montagnes et lac permet de rejoindre ce petit hameau qui est très prisé par les producteurs de film: Le Seigneur des Anneaux, Le Monde de Narnia, X-Men… qui ont trouvé dans ces paysages grandioses de merveilleux spots de tournage.

Cest tout pour aujourd’hui, je vous souhaite un agréable dimanche- 😘

Au jour le jour 💞

Kia ora
C’est sur un parcours de 800 km que nous sommes allées à la rencontre des milles et une merveilles du Sud. Un trajet parfois semé d’embûche car la vie de voyageur n’est pas toujours un long fleuve tranquille.Mais, tel des combattantes nous avons franchi les obstacles haut la main 😉. Retour sur une semaine pas comme les autres!

Lundi

C’est sous le soleil que nous avons rejoint la côte Ouest de l’île, un trajet d’une grande beauté avec d’un côté les plages immenses de la mer Tasman et de l’autre une végétation dense et luxuriante.

Parmi nos nombreux arrêts, nous nous sommes attardées sur le site des Pancakes Rock à Punakaiki. Trente millions d’années! c’est le temps qu’il aura fallu pour donner naissance à ces falaises qui sont constituées de dizaine de couches de calcaire. À marée haute l’eau s’engouffre dans les roches et ressort par des cheminées tel des geysers pour un spectacle au couleur arc en ciel!

Nous avons ensuite rejoint Greymouth, ville qui était célèbre pour ses mines d’or et de charbons mais également pour sa voie ferrée qui traverse d’Est en Ouest l’île du Sud.

Puis la météo commençant à ce gâter nous sommes allées à notre campement où pour la première fois nous avons rencontré un animal typique néo-zélandais le Weka : cousin du Kiwi, il a même failli être l’emblème de la Nouvelle Zelande, cette bestiole qui ne sait pas voler, se déplace très vite en sautillant et c’est un véritable petit chapardeur! il ne faut rien laisser traîner au risque de voir ses affaires disparaître à tout jamais.

Après notre installation, nous sommes allées à Hokitika, petite ville tranquille pour une balade en bord de mer.

Mardi
Sur la route en direction de Franz-Josef, nous avons découvert la region des lacs à réflexion, et notamment le Lac Matheson. Quand la beauté de la nature devient doublon c’est encore plus magique!

Arrivée en fin de matiné dans notre Holiday Park de Franz Joseph: camping payant tout confort, nous nous sommes installées, recharge du materiel informatique, lessive, montage de tente et nous sommes partis en balade. Celle-ci fut de courte durée, nous avons du rebrousser chemin en courant puisque la pluie et la grêle se sont invités à notre rando journaliere. Retour au campement complètement trempé. Nous avons occupé notre après midi à rechercher un volontariat pour la region de Queenstown, puis nous avons joué au Rami sportif* le nombre de point du perdant établi le nombre d’abdos à faire – pas de triche et attention au Rami sec qui fait très mal 😉. Une soirée humide très humide et glaciale impossible de dormir en tente c’est donc en duo que notre petite voiture nous a acceulli les bras ouvert.

Mercredi
Levée comme d’habitude à 6h et là wahooooo, grand ciel bleu, des montagnes enneigées, une vue fantastique sur les Alpes du Sud.

Ni une ni deux, on se prépare rapidement pour une ascenscion de 16km afin d’admirer ces beaux paysages. Malheureusement notre batterie de voiture datant tout de même de 8 ans n’a pas survécu aux températures nocturnes😢. D’un coup tu vois ta journée foutue! Appelle de l’assistance en anglais svp, dépannage au booster et la sanction tombe « batterie morte » plus qu’à ce rendre au garage. Une fois tout ça réglé ce qui n’a finalement pas pris tant de temps que cela (3h), nous avons décidé de faire plusieurs petite rando plutôt qu’une grande.

Lincontournable balade d’1h30 qui mène au Franz Joseph glacier laisse un goût amer et fait réfléchir. Car malgré les couleurs flamboyantes que propose la vallée, on ne peut qu’être triste de voir que le recul du glacier lors des 30 dernieres années est impressionant.

A tel point que la balade qui devait nous amener à son pied, nous a finalement arrêté à plus de 700 mètres de celui ci. La seule solution aujourd’hui pour se rendre au pied du glacier est de prendre un hélicoptère, et c’est ce que font des centaines de touristes tous les jours: sans meme penser qu’en plus de la pollution visuelle et sonore cela accélére encore la fonte des neiges éternelles!

Jeudi
Pratiquement 300 km parcourus entouré de paysage plus beaux les uns que les autres.

Des rivières et lacs avec des eaux transparentes et d’un bleu étincelant avec les sommets encore blanc de neige. Nous avons fait de très nombreux stop pour découvrir tranquillement ces nombreux sites qui longe la route vers le Sud.

C’est à Wanaka que nous avons fini notre periple, avec vue sur le lac et sur les massifs alpins, encore une fois le decor est magique et laisse rêveurs!

Vendredi

Après Tongariro, j’attendais avec impatience un autre Trek fantastique et c’est sur le mytique Roy’s peak Track que j’ai trouvé mon bonheur. A 7h c’est parti pour une ascension de 1300 mètres de dénivelé, et c’était pas du gâteau, dès le démarrage ça montait à pic et cela pendant 3h et 8km.

Mais notre souffrance valait le coup, et a été récompensé par une vue époustouflante!

Arrêt casse croute, reprise des forces, stop photos admiratif devant tant de splendeur.

Puis, nous avons rebroussé chemin pour la descente qui fut beaucoup plus agréable. A cette heure là, en sens inverse c’était l’autoroute de la souffrance avec tous les randonneurs de midi qui entreprennaient le chemin du sommet sous la chaleur…pendant que nous le sourire aux lèvres, nous avons fini le parcours de 16km en courant!

Samedi

Journée off car ça faisait un long moment que j’en avais pas pris et j’en avais vraiment besoin. Matinée à la médiathèque: écriture de l’article, traitement des photos, et moment solo! Puis déjeuner Fish and chips et après midi relaxation avec Emeline au bord du lac.

Dimanche

Nous avons rejoins Queenstown, où nous attaquerons demain un volontariat de 5 jours chez l’habitant. Nous avons besoin de nous ressourcer un peu et Émeline voulait tenter cette experience, rendez-vous dimanche prochain pour les détails.

Bonus: Nous sommes toujours très bien accompagnées 😍

Bon dimanche 😘

Vers les sommets!

Les gros titres cette semaine: Focus sur mon mode de vie depuis 10 jours, Photos et vidéo d’un des plus beau trek au monde et Zoom sur la cosmopolite ville de Wellington.
Une vie de Bohème
Tout d’abord et comme cela fait pratiquement plus de 10 jours que je vis dans des camps gratuits, il faut que je vous parle de mon mode de vie que j’adore. Finalement: il en faut peu pour être heureux, et se satisfaire du nécessaire 🎵🎶 ! Extrait du Livre de la Jungle cette chanson m’est venu en tête et je trouve qu’elle s adapte parfaitement à la situation!
Le dodo: depuis un mois, je dors dans ma voiture, et jusque-là tout va bien, je suis bien installée, c’est confortable. Il suffit juste de bien s’habiller car certaines nuits sont très fraîches: bonnet, gant, écharpe, survêt et c’est parti pour les beaux rêves. Du standing 4🌟 puisqu’il est possible de s’endormir en admirant les milliers d’étoiles et de se réveiller avec un magnifique lever de soleil 😍.
Les repas: j’ai ma gaz-camp qui ne me permet pas de faire de la grande gastronomie, mais qui dépanne bien. De toute façon en mode voyage la base de l’alimentation c’est pâtes et riz, seul l’accompagnement change. Une à deux fois par semaine j’achète un bon bout de viande car ici c’est le paradis des « viandards » et pour pas cher : entrecôte:8€/kg qu’il est possible de faire cuire au barbecue gratuit que l’on trouve un peu partout. J’attire votre attention sur ma très jolie casserole qui je crois va continuer le voyage avec moi tellement je la trouve « stylée »🍎.

La douche: comme je fais partie des gens qui ont beaucoup de difficultés à ne pas pouvoir se laver tous les jours, j’essaye systématiquement de trouver un endroit proche d’une rivière, coin idéal pour le bain. Alors c’est sure qu’il ne faut pas être frileux❄, l’eau est très fraîche entre 8 -12 degrées, la douche est donc rapide en moyenne une minute 😂  » pour la note écolo j’ai acheté un savon 100% naturel adapté au rivière ». Et puis si vraiment il n’y a pas de point d’eau et bien c’est 0% écolo puisque j’utilise les lingettes bébé.

Le lavage du linge: là, il ne faut pas exagérer non plus ! Je lave à la main les sous-vêtements car il est hors de question de garder des chaussettes qui puent dans ma voiture et pour le reste c’est machine à laver. Le séchage par contre c’est du grand folklore ou du grand art, parfois accrocher aux rideaux « chaussettes au vent », sur le le toit de la voiture, ou si j’ai des arbres à disposition , l’option corde à linge reste très efficace!

Recharger son matériel et s’occuper: mon endroit favori est la médiathèque, il y en a dans chaque ville, elles sont toujours très belles, calmes, avec wifi rapide et pleins de prise pour recharger mon matériel. Et bien évidement des milliers de livres pour l’instant culture. J’y ai passé pas mal de temps cette semaine pour écrire, faire des recherches, réfléchir à la suite du voyage, encore un petit paradis, surtout quand il pleut et qu’est ce qu’il pleut en ce moment!

Et voila, une vraie vie de bohème, qui s’adapte parfaitement à la Nouvelle-Zélande, pour ceux qui voudrait reproduire cela en France, attention tout de même, on pourrai vous prendre pour des fous ➡asile direct!

Tongariro crossing 🏔

C’est sur le volcan Ngauruhoe (1868 Mètres) le plus actif de Nouvelle-Zélande : 61 éruptions recensées depuis 1839, la dernière date de 2012 qu’il est possible de faire la plus belle randonnée sur une journée du pays.

La météo est un facteur indispensable à la réalisation de ce trek, j’ai attendu, « et je suis pas la seule » le jour le plus favorable de la semaine pour faire mon voyage au paradis! Tous les guides vous conseils d’être hyper bien équipez et habillez chaudement, car le climat peut changer très vite et il peut faire extrêmement froid au sommet : -15 degrés 3 jours auparavant.

C’est vêtue comme en Sibérie que j’étais avec « Camille et Amandine: coéquipières du moment » et des centaines d’autres randonneurs dans les Startings blocks à 8H pile pour affronter les 19,4 km et 750 mètres de dénivelé pour atteindre l’Eden tant convoité!

Ils se prénomment Soda Spring, Red crater, et ce sont les paysages splendides que l’on croise tout au long des dix premiers kilomètres de grimpette, c’est tellement beaux et j’étais tellement impatiente d’arriver aux Emeralds Lakes (clou du spectacle) pour découvrir leurs couleurs éclatantes que j’ai même pas ressentie de difficulté à la montée. Wahoooo quel spectacle époustouflant: le bleu éclatant des lacs; le rouge, gris, noir de la terre volcanique; le jaune du soufre et des rochers; le blanc de la neige; et au loin les fumerolles …. tu ne peux que rester sans voix à admirer la beauté du site!

La deuxième partie du voyage, 1 000 mètres de dénivelé négatif sur 10 km fut un peu plus longue malgré la vue fantastique sur le lac Taupo. Heureusement qu’avec mes acolytes ont avaient des sujets de conversations inépuisables pour rendre la descente plus agréable 🙂

J’ai eu une chance inouï selon mon chauffeur de navette qui m’a dit  » une journée aussi belle ça arrive trois fois par an à Tongariro » car j’ai oublié de vous dire que 10 minutes après le départ, nous sommes tous passés du mode triple épaisseur à simple épaisseur!

Et voici la vidéo de cette journée magique 😎

https://youtu.be/Bvgr1XKDk80

Wellington

J’ai rallié la capitale un jour plus tôt que prévu car il pleut toujours autant et même si Wellington ne fait pas exception, il y a au moins quelques musées pour faire passer le temps.

C’est au « Te papa Tongarewa Museum » qui signifie « La malle au trésor » que j’en ai appris un peu plus sur l’histoire et les légendes de la Nouvelle Zélande.

Expo incroyable sur la bataille de Gallipoli (1ere guerre mondiale) à travers le destin de 8 kiwis représentés en personnages de cire géants plus vrais que nature!

Tout le reste du musée est consacré a l’histoire maoris, puis à l’art à travers couleurs, objets et identités issus de la culture Pacifique.

Un week end ensoleillé 😆 pour découvrir le reste de la capitale, une ville cosmopolite, où il fait bon se balader au bord de l’eau, sur les sommets, dans les jardins, et boire une bière en happy hour à Cuba street!

Avec son petit air de Californie, Wellington me laisse une très bonne impression!

Je quitte ce soir en ferry l’île du Nord, où la suite du voyage se fera en duo 100% frenchy avec Emeline qui me rejoint pour un mois dans l’île du Sud.

Excellente journée et rendez vous dimanche prochain 😘

Rendez-vous en terre Volcanique 🌋

Kia Ora 🙋
Après exactement 18 jours, il a fallu quitter « Kiwiland » et comme à chaque fois que je passe plus de 10 jours au même endroit, j’ai dit aurevoir à mes collègues de camp et de champ avec un petit « bourgeon » dans la gorge! Cela fait presque 6 semaines que je suis en pays Maori et il est temps pour moi de rejoindre doucement l’île du Sud.
Mais avant de prendre le Ferry dimanche prochain, c’est en terre volcanique que j’ai fait escale. Malgré une météo très capricieuse il pleut, il pleut bergère…..lalalala, j’ai quand même réussi à passer au travers des gouttes pour découvrir des paysages uniques. Alors installez vous confortablement, attachez votre ceinture car les images qui vont suivre sont explosives
Bienvenue dans la région volcanique de Taupo!

Lever de soleil à Rotorura

Premier arrêt Whaketene: White Island, l’inatteignable!
Réserver une excursion à 220$ n’est pas dans mes habitudes mais je voulais absoluement me rendre sur la White Island qui est consideré comme l’un des volcans actifs le plus accessible au monde, puisqu’il est situé à seulement 49km des côtes. Il est actif depuis au moins 150 000 années et fait parti de la « Couronne de feu du Pacifique »,et c’est sur cette usine à nuages que je comptais passer « une journée au coeur d’un caillou fumant »
Mais voila qu’une heure avant le départ l’excursion est annulée faute de vent. Faut dire que le vent ici ça fait pas semblant, avec des rafales a plus de 120km l’ile est inacessible, c’est donc avec les photos de ma collègue « Irène Boutinaud » que j’illustre ce paragraphe!

Second arrêt: Rotorura, la sulfureuse!
L’originalité de la ville c’est que c’est une vraie cocotte-minute, placée sur une zone géothermique très très active, la balade est originale: je croise des cheminées qui laissent échapper la vapeur à chaque coin de rue et la très forte concentration en soufre fait qu’une grande partie de la ville sent l »oeuf pourri😷, une ville aux allures de parc d’attraction et pourtant, tout cela est bien réel !

Ohinemutu, le quartier Maori!

Rotorua c’est un peu la capitale Maori de la Nouvelle-Zélande, la ville est parsemée de vrais villages avec église, marae (la maison commune sacrée), cimetière et sculptures magnifiques, le tout en blanc et rouge, les couleurs Maori!

Redwood et Lake!
Une balade de 11km dans les Redwoods, forêt de Sequoia, ici c’est le paradis du joggeur, du randonneur et du VTTiste, avec des kilomètres et des kilomètres de sentier, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux.

Et comme j’avais encore un peu d’énergie j’en ai profité pour rejoindre le « Blue lake et Green lake » et j’ai fini ma journée au Lac Okareka accompagné par quelques canards pas farouches du tout!


Troisième arrêt, Wai o tapu, la bouillonante!

Ce que vous allez voir est une très petite partie de la zone thermale Wai o tapu « eau sacrée » j’ai découvert des cratères, des piscines d’eau et de boue chaudes et froides, ainsi que des fumerolles. Mais le plus impressionnant est la grande palette de couleur que l’on retrouve sur ce site. Des couleurs naturelles mais chimiques, c’est donc un plaisir pour les yeux mais un peu moins pour le nez!

Lady knox geyser
Ce geyser a été découvert en 1901 par des prisonniers qui, en ajoutant du savon à une eau naturellement chaude pour faire une lessive, on réveiller la bête. Cette pratique est dorénavant utilisé par le parc pour un show matinal afin de lancer la journée… ce n’est pas franchement impressionnant mais c’est fun!

La palette de l’artiste
Chaque couleur vient de son composant chimique, voici la légende: jaune pour le soufre, orange pour l’antimoine, blanche le silice, vert pour l’arsenic, rouge et brun pour l’oxyde de fer, noire pour le carbone et violet pour le manganèse. Wahooo qu’est ce qu’on respire 😷😷 j’aurais peut-être dû prendre un masque à gaz!

Les cratères

Certains font plus de 20 mètres de diamètre et 12 mètres de profondeur, plusieurs contiennent des sources d’eau et de boue bouillonnante dans leur fond.

Les piscines
Des piscines sulfureuses naturelles avec des couleurs étonnantes et des températures pouvant atteindre plus de 100 degrés. La plus grande est surnommée « La champagne pool » elle mesure plus de 60 mètres de diamètre et fait 60 mètres de profondeur!

Oufffff, vous y êtes arrivez! Bravo à ceux qui ont tout lu 😉, je vous souhaite à tous un excellent dimanche 😘 et a très vite !

Parce qu’il pleut! 🌧

Salut- Hello- Hola! 🤗
La météo d’aujourd’hui a été favorable à l’écriture d’un petit article. Je dis petit, car avec le travail je n’ai pas énormément de choses a vous dire, ni de photo à vous présentez.
Mais je ne voulais pas casser ma chaîne et puis il s’est quand même passé quelques petites choses cette semaine.

Lundi 22 Octobre ou le 1er mai néo-zélandais.

La fête du travail m’a permis d’obtenir un jour de repos pour pouvoir visiter la région et quel jour de repos! puisque c’est sous un grand ciel bleu que j’ai fais trois très jolies balades dans la région de la Bay of Plenty.

1er Stop : La cascade de Raparapahoe, où pour changer un peu on commence par la descente, on prend un bain très frais et on fini par la montée.

2ème stop: Papamoa hill, paysage très rustique avec vue sur les champs de kiwi, sur l’océan au loin et où l’on admire les vaches ruminer en pique-niquant.

3ème Stop: Mont Maunganoui, 6 km de marche sous un soleil de plomb en admirant la vue sur la region de Tauranga, sur l’océan et sur les parachutistes. Comme à son habitude les paysages sont somptueux et laissent rêveur.

4ème Stop: plage de Tauranga, après une telle journée de marche, il était temps pour moi de me reposer au bord de l’eau et d’en profiter pour me baigner! et oui, ici l’été arrive 🌞

1160 Number 3 road « ça débourgeone »
Je commence à m’habituer à mon travail: les épaules et la nuque vont mieux et finalement entre le jour férié et le jour de pluie je n’aurais travaillé que 38 heures cette semaine, ce qui n’est en soit pas si terrible que ça!
Le côté positif est que je suis en pleine nature, au silence, avec le chant des oiseaux, c’est beau avec les premières fleurs qui apparaisent.

Et puis ca fait du bien de pouvoir se dire a nouveau  » Oh non, je n’ai pas envie d’aller travailler » ça me manquait presque 😂

Bref, encore une experience instructive avec en bonus des rencontres multi-culturelles : un trio de jeunes français avec qui je fais du covoiturage et une super équipe de latino  » Bresiliens, Chiliens, Argentins, Péruviens, Uruguayens » avec qui je pratique mon espagnol et je fais la fête « latino party c’est parti »

Saturday night fever

Bienvenido a « El Mexico » le pub où se rejoignent majoritairement les gens d’Amérique du Sud pour passer un samedi soir endiablé à danser sur des musiques latines. Cela fait maintenant plus de 2 mois que je suis sage comme une image 😉 une vie saine, mais comme je ne compte pas devenir une sainte non plus, je me le suis laissé entraîner par « les pirhanas del pruning » à cette super soirée.

Et voilà comment passer malgré 38 heures de travail une semaine super enrichissante, waouh qu’est-ce que c’est bien!

A Bientôt- See you soon- Hasta luego ! 😘

Vie ma vie de Kiwi 😅

Cette nouvelle semaine ne m’a pas forcément laissé beaucoup le temps pour écrire. Mais elle a néanmoins été très palpitante. Je me suis rendue à un match de rugby au mytique stade de l’Eden parc, j’ai assisté au concert d’un célèbre groupe néo-zélandais, j’ai terminé de visiter la région du Coromandel sur les merveilleuses plages de Cathedral Cove et enfin j’ai déménagé pour la Bay of Planty afin de travailler dans8 les plantations de kiwi. Une véritable semaine au cœur de la nouvelle-zélande.

The Eastern: concert du samedi soir

Stuart m’a gentiment invité à découvrir un groupe typiquement néo-zélandais, que bien évidemment je ne connaissais pas. Je n’ai pas été déçu, concert rock très dynamique, et intimiste avec le groupe qui rejoint le public à la fin. J’ai énormément apprécié ce moment avec les locaux au coeur de la capitale.

Eden park Stadium, dimanche frais mais ensoleillé

Quand tu voyages il y a certaines choses qui te tiennent à cœur et celle-là en faisait partie ! je voulais absolument poser mon derrière dans les tribunes du mythique stade des All Blacks! C’est maintenant chose faite, j’ai assisté à un derby du Mire 10 l’équivalent de notre Top 14 entre Auckland et les North Harbour, score finale 49-25. J’ai gardé le sourire jusqu’aux oreilles pendant tout mon dimanche, et j’ai conservé quelques drapeaux que je ramènerai avec moi en France pour les Fans.

Cathedral Cove et hot springs beach, lundi sportif

10 km de rando pour découvrir Cathedral Cove: des falaises époustouflantes, une eau turquoise, du sable blanc c’est franchement magique et magnifique.